Le peuple congolais a faim et soif de Justice et de Paix

17 janvier 2012
par 
Serge Blais, chargé de programmes pour la RDC

La  Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) avait invité la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) à venir s’associer à leurs frères de la RD Congo pour l’observation des élections présidentielles et législatives du 28 novembre dernier. La CECC avait désigné Mgr Thévenot, évêque de Prince Albert en Saskatchewan pour la représenter au sein de la délégation canadienne d’observation des élections organisée par Développement et Paix. (Lisez le blog de la délégation.)

À l’issue de la mission d’observation des élections, Développement et Paix avait émis un communiqué conjoint avec L’Entraide missionnaire inc. et Canadian Friends Service Committee (Quakers) également observateurs des élections, communiqué qui soulignait entre autres « la grande confusion qui a régné durant cette journée de vote (et qui) a dans un premier temps, réussi à décourager bon nombre d’électeurs et à multiplier les éventualités de fraude. Une part importante de la population a eu le sentiment de s’être fait voler son droit de vote. De plus, le manque de transparence et la désorganisation qui ont prévalu les jours suivants lors de la compilation des résultats, ont contribué à faire douter de leur véracité. »

Le ministre des Affaires étrangères John Baird avait lui-même déclaré (dans un communiqué du MAECI) : « Le gouvernement du Canada continue à suivre de près le déroulement du processus électoral en République démocratique du Congo. Le Canada est extrêmement préoccupé par les irrégularités signalées dans le processus électoral. »

Le 12 janvier, après une assemblée générale spéciale de la CENCO sur les élections qui a réuni  les évêques des 47 diocèses du pays, la CENCO a publié une importante déclaration.

Mgr Thévenot, membre de la délégation d’observation des élections de Développement et Paix en RD Congo a dit de la déclaration de la CENCO: « C'est un texte pertinent a propos des élections. Je crois que le Congo est à un tournant dans son désir de suivre le chemin de la démocratie… La justice et la paix sont deux chemins nécessaires pour des élections vraiment démocratiques ».