Tout est lié : Ensemble, nous pouvons sauver notre maison commune

17 mars 2017
par 
Suzanne Slobodian, Chargée de la coordination de la campagne du Jubilé
Tout est lié : Ensemble, nous pouvons sauver notre maison commune

C’est cette thématique qui a porté deux événements tenus dans le cadre de l’année du Jubilé de Développement et Paix - Caritas Canada au Centre St-Pierre à Montréal, le jeudi 9 mars lors d’une soirée publique, et le lendemain lors d’une journée de séminaire réunissant membres du conseil national, employés, trois membres jeunesse et quelques invités du Sud et du Nord.

La soirée publique du 9 mars a débuté à 19 h par l’accueil des participants au son d’une douce musique d’ambiance, de la guitare acoustique performée par Just Woân, un jeune auteur-compositeur d’origine camerounaise. La musique se voulait la toile de fond d’une petite exposition de photos de murales vibrantes de l’Asociacion Campesina de Antioquia (ACA), PAZ Arte AL CAMPO, une initiative de paysans colombiens supportée par Développement et Paix, pour ne pas oublier le passé mais aussi réfléchir sur le futur et reprendre espoir à travers un espace de création artistique.

Après un mot de bienvenue de Josianne Gauthier, directrice du service des programmes au Canada, suivi de quelques mots de Jean-Denis Lampron et de Hélène Tremblay-Boyko, respectivement président et vice-présidente du conseil national, et de Serge Langlois, notre nouveau directeur général, le panel de discussion s’est ouvert par une introduction de ce qu’est un changement de paradigme. par Jean Saldanha qui nous a partagé son expérience au sein de la CIDSE. Puis, les quatre panélistes nous ont aussi partagé leur expérience respective en quinze minutes chacun. Le tout s’est terminé par une période de questions.

  • Jean Saldanha, Jean Saldhana de la CIDSE nous explique l’importance contextuelle du changement de paradigme.
  • Jihen Chandoul, de l’Observatoire tunisien de l’économie, nous explique comment les réformes démocratiques et économiques ont été faites en Tunisie, après la révolution du printemps arabe.
  • Devlin Kuyek, de GRAIN Canada, discute de l’importance des petits agriculteurs, de la biodiversité et des menaces auxquelles ils font face.
  • Luz Estella Cifuentes, représentante légale, Association des paysans d’Antioquia, Colombie (ACA) nous explique comment les paysans déplacés de Colombie sont retournés sur leurs terres et comment les groupes communautaires travaillent ensemble et luttent pour la paix et la justice.
  • Sister Mary John Mananza, OSB, une sœur bénédictine missionnaire et féministe activiste des Philippines, partage son expérience et explique comment son activisme est basé sur l'interconnexion entre la justice sociale, l'autonomisation des femmes et la justice écologique.

Écouter le podcast :

Le lendemain matin dès 9 h, beaucoup des participants se sont retrouvés au Centre St-Pierre, mais dans un contexte plus intime. Nous avons d’abord fait l’expérience d’une mistica, s’inspirant de rituels spirituels d’Amérique latine, suivie d’un sommaire de la soirée précédente, d’un aperçu historique de Développement et Paix, de quelques mots sur Laudato Si, et de discussions autour du partenariat et de l’exemple concret de l’un de nos partenaires, le MST (Mouvement des Sans Terres) du Brésil. L’activité principale de l’après-midi a consisté en une vitrine d’alternatives de changements de paradigmes possibles : sept présentateurs ont généreusement partagé leur histoire et répondu aux questions à trois reprises, les participants faisant leur choix parmi la « vitrine » offerte – une activité très dynamique!

Si je regarde pour moi, je crois que le séminaire m’a montré plusieurs pistes de réflexion qui me donnent l’espoir que nous pourrons un jour « ensemble (…) sauver notre maison commune ».

© Photos par Gilles Pilette pour Développement et Paix

Mots clés: