Notre programme en Haïti

Onglets

Dossier spécial

Haïti: quatre ans après le séisme

Quatre ans après le séisme du 12 janvier 2010, Développement et Paix continue d'intervenir avec ses partenaires, pour renforcer la capacité des personnes sinistrées à relever de multiples défis. Le programme de reconstruction, initié en novembre 2010, ne se limite pas à la reconstruction de maisons et d’infrastructures mais touche également la reconstruction du tissu social et implique la participation des Haïtiennes et des Haïtiens dans la « refonte » de leur patrie.

2010-2013 : Trois ans d'intervention auprès des personnes les plus vulnérables à la ville comme à la campagne

Lors des trois premières années de son intervention, Développement et Paix a permis de contribuer à la sécurité alimentaire de 20 000 familles dans les régions rurales dont 4 000 familles déplacées par le séisme. Les principales activités comprenaient l’aménagement de bassins hydrographiques, l’amélioration de l’utilisation des terres, la reforestation, l’augmentation de la production agricole et la création d’emploi. L’organisation a également remis à près de 400 familles, jugées parmi les plus vulnérables, des maisons parasismiques et paracycloniques. Des écoles pour les enfants et des logements pour des familles paysannes qui avaient tout perdu ont également été construits. Afin de mener à bien son programme de reconstruction, Développement et Paix s’est doté d’une équipe locale basée à Port-au-Prince, qui a pour mandat d’accompagner les partenaires sur le terrain dans la mise en œuvre du programme. Les membres de cette équipe fournissent aux partenaires un accompagnement de proximité sur le plan administratif, au niveau du suivi des activités planifiées et contribue grandement au renforcement de leurs capacités.

2014 : Une année de continuité et de consolidation

Aujourd'hui, Développement et Paix se donne pour mission de consolider les acquis obtenus jusqu’ici, en s'appuyant sur les forces vives locales.

  Pour en savoir plus sur les projets soutenus par ce programme, consultez le rapport.

La Concertation pour Haïti (CPH) dont Développement et Paix est membre a dévoilé le 9 janvier,  les résultats d’une nouvelle recherche sur l’aide canadienne en Haïti. Quatre ans après le séisme, et bien qu’on observe certaines avancées en matière de reconstruction, la situation demeure critique. Le relogement de la population affectée par le séisme, l’épidémie de choléra et le contrôle du processus d’aide d’urgence et de reconstruction sont, notamment, autant d’enjeux qui suscitent une profonde inquiétude.

Lire le communiqué de presse

Lire l'étude Haïti 2013 : Analyse et perspectives de l'aide

Notre programme

Développement et Paix a lancé un appel d’urgence immédiatement après le tremblement de terre et a reçu 20 M$ en dons venus de partout au Canada, ce qui lui permet d’apporter une assistance d’urgence et de mettre en place un programme communautaire de reconstruction du pays.

Au lendemain du séisme, Développement et Paix a envoyé sur place deux de ses chargés de programmes de secours d’urgence pour apporter un appui logistique dans l’organisation et la distribution de l’aide d’urgence.

Il a fait équipe avec des partenaires du réseau Caritas, dont Caritas Haïti et Catholic Relief Services, qui avaient les capacités nécessaires pour fournir une aide substantielle aux sinistrés. En six mois, le réseau Caritas a été en mesure de secourir 2,3 millions de personnes, que ce soit en leur offrant de la nourriture, de l’eau et des abris, ou encore de l’aide médicale ou des services psychosociaux pour aider la population à surmonter ce traumatisme.

Le programme de secours d’urgence de Caritas a, entre autre, fourni :

  • De la nourriture à 1,5 million de personnes;
  • Des programmes de santé, dont des cliniques de santé mobiles et des vaccins dispensés à 400 000 personnes;
  • Des abris d’urgence ou des maisons temporaires à 160 000 personnes;
  • Un programme « Argent contre travail » à 40 000 personnes; et
  • De l’eau potable, des latrines, des stations de lavage et des nécessaires de toilette à 280 000 personnes.

Les efforts sont maintenant concentrés sur la phase de reconstruction.
Les projets dans cette phase du programme s’adressent aux collectivités vulnérables dans les régions directement touchées par le séisme, les personnes déplacées à l’extérieur des secteurs directement touchés, ainsi que les collectivités et les familles hôtes. Au sein de cette population, Développement et Paix se concentre sur les besoins des plus vulnérables, en particulier les familles dirigées par une femme, dans les villes comme à la campagne.

Pour y parvenir, Développement et Paix a accordé la priorité à trois secteurs stratégiques dans son programme :

  • la souveraineté et la sécurité alimentaire
  • la reconstruction (logements et infrastructures communautaires)
  • les droits de la personne

Il a également alloué des ressources financières pour les urgences éventuelles, comme l’éclosion de choléra ou le passage des ouragans, et afin d’aider les organisations locales à mettre au point des stratégies d’atténuation des catastrophes.

Voici quelques exemples de projets menés dans le cadre de notre intervention :

  • la distribution de repas chauds dans les écoles pour faciliter le retour des élèves en classe ;
    la distribution de semences dans les collectivités d’accueil pour les proches déplacés par le séisme ;
  • des programmes « argent contre travail », afin de fournir aux gens un revenu suffisant pour l’achat d’objets de première nécessité ;
  • la protection des femmes dans les camps ;
  • la prestation de services psychosociaux pour les enfants d’âge scolaire ;
  • l’achat d’équipement neuf pour les organisations locales, afin de permettre la reprise rapide de leurs activités.

Développement et Paix a ouvert un petit bureau à Port-au-Prince pour aider à faciliter la réalisation de son programme.

La situation

Le 12 janvier 2010, un puissant tremblement de terre, de 7,0 degrés sur l’échelle de Richter, a frappé Haïti et son peuple. Les infrastructures défaillantes du pays, classé l’un des plus pauvres d’Amérique latine, n’ont pas pu résister à l’impact du séisme. Une grande partie de la capitale, Port-au-Prince, et ses environs, comme Jacmel et Carrefour, n'étaient plus que ruines.

Selon le gouvernement haïtien, 222 570 personnes sont mortes, plus de 300 000 ont été blessées, et quelque 2,3 millions ont été déplacées. De plus, l’écroulement de 70 000 édifices a créé 10 millions de mètres cubes de débris.

À la suite du séisme, le bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) rapportait que 1,5 million de personnes vivaient dans 122 camps enregistrés, de même que dans des centaines de sites d’occupation spontanée dans les régions affectées et leurs environs. Pour leur part, près de 700 000 personnes ont fui les régions affectées et sont allées vivre dans des familles qui les ont accueillies.

La majorité des écoles, des hôpitaux et des autres édifices gouvernementaux ont été détruits ou endommagés, rendant le pays incapable d’opérer.

Deux ans plus tard, l'OCHA rapporte que près d’un million de personnes ont quitté les camps pour des maisons et environ la moitié des debris générés ont été déblayés. De plus, plusieurs écoles et hôpitaux ont été reconstruits et aujourd'hui, il y a plus d'enfants scolarisés qu'avant le séisme.

Par contre, plusieurs besoins demeurent, particulièrement pour les pauvres et vulnérables qui riquent d’être sous-représentés dans le processus de reconstruction du pays.

Développement et Paix contribue à répondre à ces besoins avec son programme de reconstruction. Le programme durera cinq ans et se concentre sur le rétablissement et la reconstruction du pays. Vous pouvez en lire plus dans l'onglet Programme au haut de cette page.

Dernières nouvelles
7 février 2014

Plus de quatre ans après le violent tremblement de terre qui a frappé Haïti et aura marqué à jamais la mémoire collective des Haïtiennes et des Haïtiens, Développement et Paix clôture aujourd’hui, au centre de formation de l’Institut de technologie et d’animation communautaire (ITECA), son projet de construction de 400 maisons permanentes à Ti-Boucan

10 janvier 2014

À la veille du quatrième anniversaire du séisme qui a frappé Haïti, il n’y a dans les rues de Port-au-Prince, ni préparatifs particuliers, ni attentes spéciales. Il n’y a rien de prévu du côté des organisations de la société civile, alors que le bruit court que le gouvernement organisera quelque chose pour souligner ce triste événement.

10 janvier 2014

Nul besoin d’être en Haïti pour se rendre compte de l'univers complexe et bigarré de la reconstruction de ce pays et pour s’apercevoir de la variété des initiatives qui y déferlent. À l'aéroport de Miami, où j’attends mon vol pour Port-au-Prince, je remarque un groupe de femmes et d'hommes habillés en « volontaires ».

18 avril 2013

Cette journée d’action a été lancée au Brésil à Eldorado dos Carajás en 1996, après l’assassinat de dix-neuf paysans membres du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST) du Brésil, un partenaire de Développement et Paix. À travers le monde, les paysans luttent au quotidien contre la déforestation, l’accaparement des terres, et la pollution des sols et des eaux, mais aussi pour améliorer leurs conditions de vie difficiles. Les luttes paysannes sont donc l’affaire de tous dans la mesure où elles touchent aussi bien des questions liées au droit à la terre qu'à la souveraineté alimentaire et qu'au respect de l’environnement.

12 avril 2013

Suite au séisme du 12 janvier 2010, Développement et Paix a appuyé plusieurs projets de reconstruction mis de l’avant par différents partenaires haïtiens de la société civile.  Après plus de trois ans, où en est ce processus si complexe que celui de rebâtir une société déjà vulnérable sur le plan socioéconomique, fragilisée davantage suite à cette cat

27 mars 2013

À l’occasion du jeûne du Vendredi saint, plusieurs personnes se préparent à recueillir des fonds en solidarité avec Développement et Paix afin d’appuyer le travail de nos partenaires en Afrique, en Asie, en Amérique latine et au Moyen-Orient. Des centaines de Canadiens et Canadiennes à travers le pays y participeront. Le jeûne symbolise un choix en faveur de la solidarité avec les pauvres, les opprimés, ceux qui ont faim et permet de prendre le temps de se consacrer à l’essentiel.

12 février 2013

L’Année de la foi annoncée par le Pape Benoît XVI est une « invitation à une conversion authentique et renouvelée au Seigneur, unique Sauveur du monde » (Porta fidei 6).

12 février 2013

C’est une foule de près de 300 personnes qui s’est réunie à Ti-Boucan mardi le 5 février dernier, à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de notre projet de construction de maisons.

12 février 2013
« Je suis mère de trois enfants et je travaille cinq jours par semaine. Il arrive parfois que je vienne sur les chantiers les fins de semaine, car trois ans après le séisme, le plus important pour moi c’est de reconstruire mon pays », déclare Ismène Elismar Garçonnet, l’une des ingénieures en chef en charge de la production des maisons à Ti-Boucan.
5 février 2013

Trois ans après le séisme qui a durement frappé Haïti, Développement et Paix inaugure aujourd’hui, en présence de représentants haïtiens et canadiens, des autorités religieuses ainsi que des médias, son projet de construction de 400 maisons à Ti-Boucan dans la commune de Gressier.

Raphaël Sene, responsable de la production des portes et des fenêtres
4 février 2013

Les habitants de Ti-Boucan, les ouvriers et les artisans de la nouvelle usine, l’Institut de Technologie et d’Animation (ITECA) et Développement et Paix ont travaillé fort; après plusieurs mois de travail sans relâche, les premières maisons sont sorties de terre !

4 février 2013

Mme Yvonne Delcamize Simon est une veuve de 62 ans ayant habité toute sa vie à Ti-Boucan. Son père lui a légué sa maison et elle y a vécu jusqu’au séisme du 12 janvier 2010.

4 février 2013

Monsieur Franklin Montina est le juge de paix responsable de la commune de Gressier. Dans le système judiciaire haïtien, le juge de paix est responsable d’une variété de dossiers relevant aussi bien du droit civil, pénal et commercial que correctionnel ou criminel. Ainsi, il reçoit les délibérations des conseils de famille et les dénonciations de délits ou de crimes dans les lieux où il exerce, mais il est également responsable de constater que les familles sont bien propriétaires des terrains sur lesquels elle construisent leur maison.

4 février 2013

Micheline et son époux Jean-Philippe, dit Frantzé, vont vivre avec leur fille de 12 ans et leur fils de 14 ans dans leur nouvelle maison dont ils recevront officiellement les clés mardi prochain, lors de l’inauguration du projet.

14 janvier 2013

Entretien avec Jean-Claude Jean, responsable du bureau de Développement et Paix en Haïti. Il est chargé de la supervision du programme de reconstruction et du suivi des projets.

Trois ans après le séisme, quel est le contexte en Haïti ? Peut-on considérer que l’urgence est définitivement derrière nous ?

On peut constater aujourd’hui que les choses ont évolué en Haïti et notamment à Port-au-Prince. Ne serait-ce que l’absence dans les rues des tonnes de gravats et de débris suite au séisme.

11 janvier 2013

Haïti commémore le troisième anniversaire du terrible séisme ayant ravagé l’île le 12 janvier 2010. Présent sur place avant la catastrophe, Développement et Paix a participé ...

9 mai 2012

Dans le cadre du Forum Haïti 2012, l'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) a invité Michèle Pierre-Louis, ex-première ministre d’Haïti, et une série de panélistes dont le directeur exécutif de notre partenaire ITECA, Chenet Jean-Bapt

10 avril 2012

Il y a 13 mois, lorsque nous avons visité le projet de reconstruction de maisons pour les habitants de Petit-Boucan, dans la commune de Gressier, en Haïti, Célina Tessier, 75 ans, qui avait tout perdu, nous avait reçus dans son abri temporaire qui était en fait une cabane fabriquée avec des bouts de bois et des cartons. Elle nous avait remerciés d’être là avec le peuple haïtien.

24 janvier 2012

Un projet de Développement et Paix donnera bientôt de nouvelles maisons permanentes à quelque 450 familles touchées par le tremblement de terre en Haïti...

18 janvier 2012

Dans leur rapport de mission, le président et le vice-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) ont notamment déclaré que « Développement et Paix s’est mérité une excellente réputation en Haïti pour son sens du partenariat, pour sa façon de respecter les ressources des collectivités locales et pour l’importance qu’il accorde à une approche durable et à long terme ».

12 janvier 2012

Il y a deux ans, Haïti était frappée par un séisme dévastateur qui plongeait cette nation déjà appauvrie dans un état de crise. Le niveau de destruction et les dommages infligés par cette urgence étaient sans précédent.

12 janvier 2012

En décembre 2011, une délégation conjointe des membres de Développement et Paix et de la CECC a visité quelques-uns des projets de reconstruction ...

9 janvier 2012

L'émission Second Regard a diffusé dimanche 8 janvier un reportage sur Haïti et sa reconstruction, deux ans après le tremblement de terre du 12 janvier 2010. C'est l'occasion de voir et d'entendre plusieurs partenaires de Développement et Paix, dont Antoine Verlaine, responsable de la Caritas de Port-au-Price, Chavannes Jean-Baptiste, dirigeant du Mouvement paysan Papaye, et Marie-Ange Noël, coordonnatrice de Fanm Deside, un groupe de Jacmel.

5 janvier 2012

« Très sincèrement, rien ne m'attirait en Haïti ! En fait, tout a commencé au printemps dernier. Un bon matin, je sors de chez moi et je tombe sur mon voisin du dessous, de passage à Montréal pour quelques jours. « Bonjour », « Bonjour », « Ça va? ». Normalement ça se termine là. Pas ce matin là !

23 décembre 2011

Un des membres de la mission conjointe Développement et Paix et CECC en Haïti, Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et vice-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada...

20 décembre 2011

« Ce n'est pas le séisme qui est la cause de tous ces dégâts et de tant de pertes en vies humaines. La vraie cause en est plutôt notre façon de vivre et d'habiter ce morceau de terre. » C'est la Commission épiscopale nationale Justice et Paix qui lance cette affirmation dans un récent document intitulé « Faut-il laisser mourir Haïti? »

19 décembre 2011

Sur la galerie de la maison de Fanm Deside, Medjine Adonis, rencontrée la veille, attendait le retour des membres de la délégation à Jacmel après une journée de visites sur le terrain, dans les campagnes. S'adressant à Mgr Richard Smith, président de la Conférence des évêques catholique du Canada, cette femme qui, depuis le 12 janvier 2010, vit dans un camp sous les tentes, dit : « Monseigneur, priez pour nous ». Et l'archevêque d'Edmonton de répondre : « Et vous madame, priez pour nous » !

18 décembre 2011

« Depuis le 12 janvier 2010, je vis sous les tentes », raconte Medjine Adonis. « Heureusement qu'il y a Fanm Deside pour nous aider ». Dans ces camps de fortune, les services sont rudimentaires. Ces petites maisons de toile n'ont pas de porte. Conséquence : l'insécurité est totale. Vols et viols y sont monnaie courante. Et chaque jour, dans les locaux de Fanm Deside à Jacmel, on voit arriver des femmes blessées, victimes de violences sexuelles.

17 décembre 2011

Nous voici à Duval, un village isolé à une heure de la capitale. Trente-quatre maisons ici ont été construites grâce à des subsides de Caritas. La maison de Marie-Rose Kébreau est entourée par deux bâtiments. À droite, c'est ce qui reste de la maison qu'elle occupait avant le séisme de 2010. À gauche, c'est la maison de fortune qu'elle a fabriquée avec des feuilles métalliques et du bois.

16 décembre 2011

L'endroit où le père Miguel Jean Baptiste nous donne rendez-vous n'inspire pas totalement confiance. Il ne fait aucun doute que cet édifice a fortement été endommagé lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010. De la rue, on voit que le toit du côté droit a été tordu et qu'il manque des pierres.

15 décembre 2011

« Avec des enfants en bas âge, ce n'était pas bon vivre dans la rue », lance ce jeune père de famille rencontré dans ce village modèle initié par le Mouvman Peyizan Papay (Mouvement paysan Papaye), un partenaire de longue date de Développement et Paix.

14 décembre 2011

Walgens Pierre Jean et Patrick Lafontant, deux jeunes peintres haïtiens, ont de quoi être fiers. Leurs œuvres, des toiles de grandes dimensions sur la thématique de la reconstruction, sont actuellement exposées au Musée du Panthéon national haïtien.

13 décembre 2011

Première rencontre, à Montréal, des membres de cette mission de solidarité en Haïti à laquelle participeront des dirigeants de la Conférence des évêques catholiques du Canada et de Développement et Paix (voir le communiqué du 7 décembre dernier).

7 décembre 2011

Le président et le vice-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) seront en Haïti du 14 au 21 décembre prochain...

14 novembre 2011

L’an dernier, lorsque j’ai visité l’Institution Mère Délia en Haïti, cette école pour jeunes filles administrée par les Sœurs de l’Immaculée-Conception n’existait pas réellement. L’école s’était effondrée...

12 janvier 2011

Un an après le tremblement de terre en Haïti, les progrès ont été lents. Développement et Paix et ses partenaires locaux retrouvent l’espoir ...

6 janvier 2011

Visionnez une vidéo sur l'histoire des paysannes en Haïti

6 janvier 2011

Développement et Paix appuie un projet de reconstruction de maisons dans la communauté de Ti Boucan en Haïti qui implique la collaboration des membres de la communauté. Regardez le clip.

6 janvier 2011

Visionnez un saisissant diaporama sur la vie postsismique en Haïti

6 janvier 2011

Lorsque Port-au-Prince a été frappée par un grave tremblement de terre il y a un an, les images d’immeubles effondrés monopolisaient les écrans de télévision et les pages des journaux. Or au même moment, loin du regard des médias, dans les montagnes d’Haïti, se déroulait une toute autre histoire.

6 janvier 2011

Fritz Ner-Sérénien se rappelle comment son épouse et sa fille ont failli mourir ce jour fatidique de janvier, alors que le tremblement de terre a frappé.

6 janvier 2011

Quelques jours seulement avant que l'ouragan Tomas menace de frapper Haïti et de mettre en péril la vie d'autres Haïtiens, l'animateur de radio Francy Innocent enregistre des messages radio afin d'aider la population à se préparer à la tempête tropicale qui approche.

6 janvier 2011

JACHA, une organisation jeunesse de Jacmel, s’affaire depuis longtemps à redorer l’avenir d’Haïti en veillant sur deux des plus précieuses ressources du pays : sa jeunesse et l’environnement.

6 janvier 2011

Lorsque le tremblement de terre du 12 janvier a frappé Haïti, sa puissance destructrice n’a épargné personne. Bon nombre de partenaires de Développement et Paix ont perdu des amis et des membres de leur famille. Leur maison, et même les bureaux où ils travaillent, ont été endommagés ou détruits.

6 janvier 2011

Dès le lendemain du séisme du 12 janvier, alors que les congrégations religieuses faisaient face à leurs propres pertes et difficultés, elles étaient prêtes à reprendre leur travail afin de secourir les personnes dans le besoin. Développement et Paix a tenu à être solidaire de leurs efforts.

6 janvier 2011

Les Sœurs Missionnaires de l’Immaculée-Conception, une congrégation religieuse fondée à Montréal par Délia Tétrault en 1902, tâchent d’offrir des services d’éducation aux communautés haïtiennes depuis l’arrivée de la congrégation au pays, en 1943.

8 novembre 2010

Une campagne de prévention du choléra en Haïti vient d’être appuyée par Développement et Paix. L’organisme verse 123 000 $ à Caritas Haïti ...

14 juillet 2010

Dès que le dévastateur tremblement de terre a frappé Port-au-Prince et les environs, le 12 janvier dernier, Développement et Paix a immédiatement lancé un appel à la population canadienne ...

2 juillet 2010

Développement et Paix a recueilli auprès des donateurs canadiens quelque 20 millions de dollars ...

13 juin 2010

Le Mouvement paysan Papaye (MPP), une association haïtienne de petits agriculteurs qui a l’appui de Développement et Paix, a organisé une grande marche ...

Documentaire

Le 12 janvier 2010, un tremblement de terre de magnitude 7 sur l’échelle de Richter a violemment frappé Haïti, l’un des pays les plus pauvres du monde et le pays le plus pauvre de l’hémisphère occidental. Les infrastructures fragiles du pays n’ont pas résisté à l’impact du séisme. Une grande partie de Port-au-Prince et de ses environs (Jacmel et Carrefour, entre autres) a été réduite en ruines. Développement et Paix a lancé un appel d’urgence immédiatement après le séisme et a recueilli la somme de 20 M$ en dons venus de partout au Canada, ce qui lui a permis d’apporter une assistance d’urgence et de mettre en place un programme communautaire de reconstruction du pays axé sur la souveraineté alimentaire, la reconstruction d’infrastructures et la promotion des droits humains.

Deux ans après la catastrophe, Développement et Paix s’est rendu en Haïti avec une équipe de tournage afin de documenter l’impact de ses projets de souveraineté alimentaire sur les communautés. À travers l’exemple d’initiatives locales soutenues par Développement et Paix, le documentaire aborde les problèmes auxquels font face les paysans pour améliorer leurs conditions de vie. Il explique aussi comment la souveraineté alimentaire est une forme de développement viable tout en démontrant comment le pays peut, en même temps, devenir autosuffisant.

Organiser une projection dans votre communauté
Nous vous invitons à organiser une projection du documentaire Sur la route de la souveraineté alimentaire près de chez vous. Développement et Paix a produit un guide d’animation pour vous aider à organiser un visionnement et à sensibiliser vos pairs à la question de la souveraineté alimentaire qui touche aussi bien les populations des pays du Sud que les Canadiennes et les Canadiens. Un modèle d’affiche est également disponible pour appuyer la promotion de votre événement.

Affiche
Télécharger :
Guide d'animation

Contient :

  • Quelques notions théoriques sur la souveraineté alimentaire ;
  • Des conseils pratiques pour organiser la projection du documentaire ;
  • Des questions pour favoriser le débat et la réflexion ;
  • Une description des partenariats de Développement et Paix en Haïti.

Télécharger :
Vidéo

Cliquez sur le lien suivant et puis enregistrez le fichier sur votre ordinateur.

Télécharger:

Si vous avez de la difficulté à jouer le clip, nous recommandons fortement l'installation du VLC media player, un lecteur multimedia gratuit qui fonctionne sur la majorité des plateformes et joue la plupart des fichiers multimédia.

Vidéo(s)


Une maison pour la vie ! Yon Kay Pou Lavi Fleri !

La question de l’habitat représente un défi majeur en Haïti, surtout après le séisme qui a durement frappé l’île le 12 janvier 2010. Trois ans après le séisme, environ 350 000 personnes vivent encore dans les camps, sous des tentes et dans des abris de fortune. La problématique de la reconstruction de logements reste donc plus que jamais au cœur des préoccupations des communautés les plus vulnérables.

Le 5 février 2013, Développement et Paix a inauguré son projet de construction de 400 maisons permanentes à Ti-Boucan (Gressier). Lors de cette journée, 58 familles ont reçu les clés de leur nouvelle maison et ont ainsi quitté leurs tentes et abris de fortunes pour s’installer dans une maison conçue pour résister aux séismes et aux cyclones. Cette journée a également marqué la consécration de plusieurs mois de travail sans relâche de centaines de personnes qui ont participé à la construction de ces maisons à Ti-Boucan, dans des zones montagneuses et souvent difficiles d’accès.