Népal

Tabs

Notre réponse

Au lendemain des violents séismes qui ont frappé le Népal les 25 avril et 12 mai 2015, Développement et Paix a débloqué une enveloppe de 200 000 $ afin de contribuer à l’appel lancé par le réseau Caritas et porter assistance aux victimes. À travers un appel conjoint lancé avec la Conférence des évêques catholiques du Canada et grâce à la solidarité du public canadien, Développement et Paix a recueilli la somme de 4,8 millions de dollars. S’appuyant sur un solide réseau de partenaires et de bénévoles, les membres de Caritas, dont Développement et Paix, ont pu fournir une réponse immédiate de grande ampleur et jouer un rôle majeur dans les efforts de reconstruction.

Dans les quatre mois qui ont suivi la catastrophe, notre action a permis de rejoindre 195 000 victimes dans la ville de Katmadou, capitale du pays mais aussi  en milieu rural, dans la vallée de Katmandou, près de l’épicentre à Gordkha et Sindhupalanchowk ainsi que dans d’autres districts périphériques tels que Nuwakot, Lamjung, Rasuwa, Dhadhing et Okheldhuga.

Afin de parer au plus urgent, des tentes, des bâches, du matériel de construction d’abris temporaires, des biens de première nécessité (matelas, ustensiles de cuisine, etc.) ainsi que des accessoires pour l’hygiène ont été distribués aux familles dans le besoin.

Suite à cette première phase d’urgence, Développement et Paix a concentré ses efforts dans trois domaines d’actions précis : la reconstruction d’infrastructures individuelles et collectives, la relance agricole et économique ainsi que la lutte contre le trafic humain. Ainsi, divers projets tels que l’aide à la reconstruction de maisons, la réhabilitation de toilettes communautaires et de systèmes d’irrigations, la reconstruction de coopératives villageoises, la distribution de semences et d’outils agricoles, la relance des marchés, l’appui à des coopératives de femmes, la formation professionnelle de jeunes filles, la mise en place d’une unité mobile d’appui juridique, la mise en œuvre d’activités de plaidoyer et la mise en place de systèmes contre le trafic humain, sont menés en concertation avec les partenaires locaux et les communautés affectées.

Dans un pays particulièrement à risque de séismes et autres catastrophes naturelles, les projets menés ont pour but d’assurer le relèvement des communautés, protéger leur avenir et les préparer à affronter de nouvelles situations d’urgence avec une plus grande capacité de résilience.

 

NOTRE REPONSE FACE À L'URGENCE

 
La situation

Le 25 avril 2015, le Népal a été frappé par un séisme d’une magnitude de 7,8 sur l’échelle de Richter, le plus dévastateur depuis plus d’un siècle. Un second séisme d'une magnitude de 7,3 a frappé le pays le 12 mai 2015. Les chiffres officiels font état d’environ 9 000 décès, plus de 20 000 blessés, environ 3 000 000 de personnes ayant perdu leurs habitations et près de 8 millions de personnes affectées dans les 39 des 75 districts que comptent le pays.

Le Népal est un pays enclavé de l’Himalaya, situé entre la Chine (Région autonome du Tibet) et l’Inde. C’est l’un des pays les plus pauvres de la planète avec un indice de développement humain qui le classe 157e sur 187 pays. Le Népal est secoué depuis 1951 par une instabilité politique constitutionnelle qui a paralysé le pays et mené à une guerre civile de 1996 à 2006. La pauvreté est un facteur de vulnérabilité aggravant dans le cas d’un séisme, notamment du fait de la déforestation qui augmente les risques de glissements de terrain et de la fragilité des infrastructures peu résistantes aux secousses. Par ailleurs, les destructions des lieux de culte et des bases d’alpinisme dans cette région de l’Everest sont un coup dur pour une économie qui repose en grande partie sur le tourisme.

Toutefois, au Népal, certaines personnes définissent cette catastrophe comme une « bénédiction déguisée ». En effet, elle a apporté plusieurs changements sociaux et politiques dans le pays : le rapprochement des castes traditionnellement séparées qui se sont retrouvées dans une situation de besoin, le rapprochement de la classe politique pour définir une nouvelle constitution pour le pays, la démonstration de la forte réactivité, solidarité et résilience de la population népalaise affectée et l’obligation faite aux acteurs étatiques de se rendre dans des zones affectées où ils sont peu présents.

Le processus de reconstruction d’un pays après une catastrophe naturelle est souvent long, de 5 à 10 ans. Au Népal, il a été retardé du fait de longues tractations politiques entourant la mise en place et la nomination du responsable de l’Autorité Nationale de Reconstruction. Cette autorité étatique importante de coordination, en charge de superviser et de financer les efforts de reconstruction, n’a vu le jour qu’en janvier 2016, soit 9 mois après la catastrophe.

Par ailleurs, depuis le 24 septembre 2015, le Népal fait face à une sévère pénurie de produits de première nécessité (médicaments, nourriture, essence, etc.). Des manifestants de la minorité ethnique Madhesi bloquent les points de passage à la frontière avec l'Inde pour protester contre la nouvelle Constitution promulguée. Ils protestent contre les nouvelles frontières des régions fédérées qui mènent à leur sous-représentation politique au sein du Parlement. Cette situation a mené à des inquiétudes sur le plan humanitaire et a eu pour conséquence le développement d’une économie informelle. Des ententes entre le gouvernement et les Nations Unies ont cependant permis d’allouer des ressources prioritaires pour la continuité des opérations d’aide en cours.

EN CHIFFRES

 
Nouvelles
2 juin 2016

Le 25 avril dernier, premier anniversaire du séisme, je me suis rendu au Népal, pour deux semaines, afin d’évaluer l’évolution du contexte et d’assurer le suivi des projets appuyés par Développement et Paix il s’agissait aussi de marquer symboliquement la présence de notre organisation auprès des Népalaises et des Népalais afin de commémorer ensemble, ce triste évènement. 

20 avril 2016

Le jour du tremblement de terre au Népal en 2015, Thiramaya Garti Chetri était couchée seule sur un matelas devant sa maison, alors que sa fille travaillait aux champs. Thiramaya a 103 ans et vit à Thokarpa-7, Sindhupalchowk.

1 décembre 2015

Il y a six mois, deux tremblements de terre dévastateurs frappaient le Népal, entraînant une destruction massive et affectant plus de 8 millions de personnes. En réponse à cette catastrophe naturelle, Développement et Paix s’est mobilisé dès les premières heures.

18 novembre 2015

En avril et mai dernier, les districts de Gorkha et Sindhupalchok, au centre du Népal, ont été frappés par deux violents séismes affectant des dizaines de milliers de personnes. Près de 9 000 personnes ont perdu la vie et plus de 2,8 millions de personnes se sont retrouvées sans toits.

4 septembre 2015

Le Népal, destination touristique par excellence, fait rêver par ses sommets montagneux, ses paysages enchanteurs, ses villes anciennes, ses palais et temples antiques, son architecture du passé, ses religions, sa nourriture… J’aurai voulu visiter ce pays fascinant le cœur plus léger mais ce sont les violents séismes qui ont frappé le pays en avril et mai dernier qui m’ont amené à me rendre au

29 avril 2015

Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, a annoncé une campagne d’urgence conjointe avec Développement et Paix pour amasser des fonds pour les victimes du séisme au Népal. De plus, le gouvernement du Canada a également annoncé qu’il verserait la contrepartie des contributions qui auront été amassées d’ici le 25 mai prochain pour venir en aide au Népal.

27 avril 2015

En ce troisième jour après le terrible séisme du 25 avril au Népal, la population craint toujours des répliques du tremblement de terre, et le nombre de morts et de blessés continue à être recensé et à augmenter.

Le violent séisme d’une magnitude de 7,8 a causé plus de 4200 morts et plus de 7500 blessés, et des milliers de personnes manquent toujours à l’appel.

25 avril 2015

Dans la matinée du 25 avril, un terrible tremblement de terre de 7,8 sur l’échelle de Richter a frappé le Népal et touché une partie de l’Inde voisine.

L’épicentre se trouvait à seulement 80 km de la capitale Katmandou où les destructions sont majeures.

Il est attendu que le nombre des victimes augmente dans les prochaines heures et les prochains jours.

Vidéos

La terre a tremblé aux portes de l’Himalaya

Photos

Nepal earthquake 1 year on