Soudan/Darfour

Tabs

Notre réponse

Dernière mise à jour : 11 juin 2014

Développement et Paix répond depuis plus de 25 ans à une situation d’urgence aussi longue que complexe. Au fil des années, l’organisme a versé plus de 5 millions de dollars, incluant des fonds provenant du Gouvernement du Canada, pour mettre en œuvre divers projets visant à atténuer la souffrance de millions de civils subissant les nombreux conflits qui ont fait rage au Soudan.

Voici des exemples des projets que nous mettons en œuvre au Soudan :

De 2013 à aujourd’hui : diocèse d’El Obeid

Développement et Paix soutient les activités de l’hôpital catholique Mère de la miséricorde dans les monts Nouba, en partenariat avec le diocèse d’El Obeid. C’est l’un des seuls hôpitaux de la région et ses activités, qui comprennent la prestation de soins de santé, la construction de latrines et la distribution d’articles d’hygiène, comme du savon et des jerricans, sont indispensables à la population.

De 2004 à aujourd’hui : Aide de l’Église norvégienne (ACT-Caritas)

Depuis plus de 10 ans, Développement et Paix fait partie du Programme de secours d’urgence au Darfour de la NCA, alliance œcuménique qui regroupe l’Aide de l’Église norvégienne (Norwegian Church Aid - NCA), l’Action des Églises et Caritas Internationalis. C’est l’un des programmes d’aide humanitaire les plus importants de la région qui fournit l’assistance nécessaire à des milliers de personnes déplacées, vivant dans des camps. De 2008 à 2013, Développement et Paix a reçu plus de 5,5 millions de dollars en subventions du gouvernement canadien pour la mise en œuvre des volets alimentaires et médicaux de ce programme d’urgence. Même si l’aide gouvernementale pour ce programme s’est terminée en 2013, Développement et Paix en demeure un partenaire actif.

Voici certaines des activités réalisées dans le cadre de ce programme :

  • De 2004 à 2009, plus de 200 000 personnes ont reçu chaque année des trousses d’urgence, ont obtenu une aide médicale et alimentaire et ont vu s’améliorer les conditions sanitaires et l’hygiène dans les camps, avec notamment l’accès à l'eau potable. En outre, chaque année, 20 000 enfants ont pu aller à l’école.
  • De 2009 à 2013, 130 000 personnes par année en moyenne, surtout des femmes et des enfants, ont reçu une assistance médicale et des suppléments alimentaires. En parallèle, six cliniques de santé et quatre centres d’alimentation ont été rénovés.
  • Du fait de la multiplication des déplacements de population en 2013, la priorité est donnée à la préparation aux situations d’urgence pour les populations les plus vulnérables. L’organisme vient en aide à 180 000 personnes en distribuant des articles pour les abris d’urgence et des produits non alimentaires. Des comités d’atténuation des désastres sont formés afin que les collectivités soient mieux préparées à réagir aux situations d’urgence.

De 2003 à 2011 : SECADEV (Caritas Tchad)

Durant plusieurs années, Développement et Paix et son partenaire SECADEV (Caritas Tchad) ont fourni une aide essentielle aux réfugiés soudanais au Tchad dont l'accès à l’eau, des subventions à de petites entreprises et des projets agricoles.

De 2006 à 2009 : Terres des Hommes

Développement et Paix a collaboré avec cet organisme dans trois camps de réfugiés au Darfour afin d’appuyer la construction d’abris, d’assurer la sécurité des enfants, de fournir des prêts de microfinancement et d’organiser des activités éducatives et récréatives pour les jeunes.

La situation

Dernière mise à jour : 11 juin 2014

L’État du Soudan a rarement connu la paix ces dernières décennies. Depuis qu’il a acquis son indépendance en 1956, le pays a vu éclater des conflits dans la plupart de ses régions, en particulier au sud et à l’ouest, dans la province du Darfour. Avec les années, ces conflits ont entraîné le déplacement de millions de Soudanaises et de Soudanais, et ont provoqué une crise humanitaire latente qui perpétue et aggrave la pauvreté et cause de graves souffrances à la population.

Une longue guerre civile opposant le Nord, à majorité musulmane, et le Sud, à majorité chrétienne, a pris fin en 2005 lorsque un traité de paix autorisant le Sud à organiser un référendum d’autodétermination a été signé. Une écrasante majorité de la population a voté en faveur de l’indépendance, et la République du Soudan du Sud fut créée en 2011. Cependant, les affrontements se sont poursuivis le long de la frontière, et les forces soudanaises ont même bombardé les régions du Nil bleu et du Kordofan méridional. La situation est devenue encore plus fragile avec l’afflux de milliers de réfugiés du Soudan du Sud, victimes de violence dans leur propre pays. Par ailleurs, la riche province pétrolière de l’Abiyé reste disputée, ce qui contribue à exacerber le climat de violence et d’insécurité.

Au Darfour, la situation s’est détériorée de manière dramatique en 2003 lorsque des groupes rebelles, exploitant des tensions ethniques, ont déclaré la guerre au gouvernement. Le banditisme et le pillage se sont répandus et ont contraint des millions de personnes à fuir leurs foyers pour chercher refuge dans des camps. Malgré la signature de traités, l’insécurité continue de traverser la région, et seule une minorité de réfugiés sont retournés à leurs villages. Le fait que les personnes soient cantonnées à long terme dans des camps empêche tout progrès sur le plan de la santé, de l’éducation et de la stabilité des conditions de vie.

Aux souffrances de la population s’ajoutent des politiques restrictives imposées aux agences d’aide humanitaire par le gouvernement du Soudan qui leur interdit d’intervenir dans le pays. Cette situation rend particulièrement difficile l’accès à l’aide pour celles et ceux qui en ont besoin.

L’instabilité chronique, les conflits multiples et le faible développement du pays ont engendré une crise humanitaire latente qui se répercute sur la population :

  • 3,5 millions de personnes au Darfour ont besoin d’aide humanitaire ;
  • Deux tiers des enfants au Darfour souffrent de malnutrition ;
  • Dans les régions du Kordofan méridional et du Nil bleu, 1,2 million de personnes ont besoin d’aide ;
  • Depuis décembre 2013, 81 000 réfugiés sont arrivés en provenance du Soudan du Sud.

 

Nouvelles
Humanitarian Crisis - Africa 2017
23 mars 2017

Développement et Paix – Caritas Canada est profondément préoccupé par la famine qui sévit au Soudan du Sud, ainsi que les crises humanitaires en Somalie, au Yémen et au Nigéria.

7 mai 2014

L’hôpital catholique Mère de la miséricorde sise dans les monts Nuba au Soudan a été la cible de bombardements répétés par le gouvernement soudanais qui ont eu lieu en fin de semaine dernière. Situé dans la région conflictuelle du Sud-Kordofan, près de la frontière du Soudan du Sud, l’hôpital est le seul centre médical de la région.

9 juillet 2011

Dans un geste de solidarité envers le nouveau pays du Sud-Soudan et envers le réseau Caritas engagé à soutenir son développement, l’Organisation canadienne catholique pour le développement et la paix (Développement et Paix) engage 250 000 $ pour améliorer l’accès aux services de base, l’eau et la nourriture, la construction d’abris, la santé et l’éduc