Davantage de solidarité, davantage d’aide : une recommandation pour la réponse internationale du Canada à la pandémie de COVID-19

6 avril 2020
Montréal

Développement et Paix — Caritas Canada s’est joint à plus de 180 organismes internationaux de développement pour signer une lettre ouverte adressée à l’honorable Karina Gould, la ministre canadienne du Développement international.

Rédigée par le Conseil canadien pour la Coopération Internationale en consultation avec les organismes du secteur, la lettre décrit les défis auxquels font face les organismes de développement international et d’aide humanitaire pour répondre à la crise de la COVID-19 et souligne que le système de santé mondial n’est pas plus solide que son maillon le plus faible.

« Nous pensons que des actions robustes, décisives et ambitieuses, tant ici qu’à l’étranger, nous aideront tous à sortir de cette crise », déclare la lettre, qui salue la réaction proactive précoce du Canada dans la coopération mondiale pour contrer la pandémie de COVID-19, grâce à son engagement à verser 159,5 millions de dollars tirés de la réserve en cas de crise de l’enveloppe de son aide internationale.

La lettre encourage la ministre Gould et le gouvernement du Canada à :

  • Soutenir une approche coordonnée et collaborative à l’échelle mondiale pour lutter contre la COVID-19;
  • Augmenter de 1,5 milliard de dollars l’aide publique au développement officielle axée sur la crise actuelle;
  • Utiliser ces fonds pour élargir les programmes existants et financer le plan de réponse humanitaire des Nations Unies;
  • Faire en sorte que les organismes canadiens qui interviennent à l’étranger soient admissibles aux subventions destinées au maintien des emplois;
  • Continuer de traiter les priorités relatives au développement durable pendant la réponse à la COVID-19;
  • Veiller à ce que la réponse du Canada face à la COVID-19 soit guidée par des principes féministes et respectueux des droits de la personne;
  • Faire preuve de souplesse concernant la façon dont les organismes partenaires utilisent le financement de projets et concernant la qualification des donataires;
  • Accélérer le renouvellement du financement des programmes internationaux échelonnés sur plusieurs années;
  • Accroître la coopération interministérielle au sein du gouvernement et avec le secteur des ONG.

La lettre invite également la ministre Gould à poursuivre le dialogue sur les défis vécues par les ONG de coopération internationale et à « propager le message à la population canadienne », reconnaissant que la crise actuelle « s’avère propice pour changer les perceptions et le message au sujet (…) de la coopération et du développement ». Avec ses antécédents fructueux dans les campagnes d’éducation et de plaidoyer, Développement et Paix est déjà bien placé à cet égard.

Comme l’a montré l’expérience du Canada en tant que chef de file lors de crises passées, notamment lors des épidémies d’Ebola, de Zika et de H1N1, la population canadienne est mieux protégée contre les crises mondiales lorsque le Canada aide la communauté internationale à y faire face. Pour atténuer les effets à long terme de la COVID-19 sur la dignité des personnes les plus vulnérables, le Canada doit veiller à ce que sa réponse à la crise ne perturbe pas son soutien aux besoins mondiaux actuels, comme l’action contre les changements climatiques, l’égalité entre les genres, l’éducation, la sécurité alimentaire, le développement économique et l’espace civique.

Comme ses cosignataires, Développement et Paix reste déterminé à soutenir ses partenaires internationaux qui surmontent des difficultés monumentales dans certaines des communautés les plus défavorisées du monde pour répondre à la crise de la COVID-19.