Deux importants traités internationaux pour mieux accueillir, protéger, promouvoir et inclure les personnes migrantes et réfugiées

14 janvier 2019

La communauté internationale vient d’adopter deux importants traités internationaux pour encadrer l’augmentation constante du nombre de personnes migrantes dans le monde. Ainsi, le Pacte mondial sur les réfugiés et le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières serviront à protéger la vie et la dignité des personnes qui ont dû fuir leur foyer en raison de conflits, des changements climatiques, de persécution, de l’exploitation de leurs terres ou de pauvreté.

La vaste majorité des gouvernements du monde ont maintenu l’engagement ferme qu’ils avaient pris dans la déclaration de New York en 2016 et ont adhéré aux deux pactes susmentionnés.

Concernant le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières, Développement et Paix – Caritas Canada partage l’avis du Saint-Siège et croit fermement que ce Traité « constitue un pas important quant à la responsabilité que partage la communauté internationale afin d’agir de manière solidaire avec les personnes contraintes de se déplacer, en particulier celles qui se trouvent dans des situations très précaires ». Ce message a été livré par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Vatican, à la Conférence intergouvernementale en vue de l'adoption du Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Quant à lui, le Pacte mondial sur les réfugiés (PMR), qui traite précisément de la situation des personnes réfugiées, vise à apporter une réponse plus forte et plus juste aux grands mouvements de réfugiés en renforçant le soutien offert aux personnes forcées de fuir leur patrie, ainsi qu’aux pays qui les accueillent. En effet, ces derniers comptent souvent parmi les plus pauvres du monde. Actuellement, ce sont la Jordanie, le Liban, l’Ouganda et le Pakistan qui abritent le plus grand nombre de personnes réfugiées au monde.

Le PMR a été adopté à l’issue de deux années de consultations auprès de gouvernements et d’organismes de la société civile du monde entier. Bien qu’il ne soit pas juridiquement contraignant, il fournit un cadre international pour appuyer les personnes réfugiées, ainsi que les pays et les collectivités qui les accueillent en grand nombre, en établissant un partage des responsabilités entre toutes les nations. Le Pacte s'articule également autour d'une approche fondée sur la dignité et l’autonomie des personnes réfugiées, afin de favoriser leur inclusion dans les pays d’asile et ainsi de permettre aux enfants de recevoir une éducation et aux adultes de contribuer à l’économie locale.

Le PMR entend aussi élargir l’accès à des solutions durables pour les personnes réfugiées, particulièrement dans les cas de déplacements forcés prolongés. Ainsi, il vise à augmenter le nombre de retours vers le pays d’origine, à garantir que tous les retours s’effectuent de manière sûre et digne, et à favoriser l’inclusion, l’autonomisation et l’engagement des personnes réfugiées durant leur exil.

Les deux pactes mentionnent explicitement l’importance d’adopter une approche fondée sur les droits de la personne pour protéger les personnes migrantes et réfugiées. Si cette perspective est mise en pratique, elle garantira aux personnes réfugiées et migrantes un traitement digne et une protection efficace tout au long de leur migration et de leur exil.

Développement et Paix – Caritas Canada a suivi l’évolution des deux pactes mondiaux dans le cadre de sa campagne Partagez le chemin. Par le biais de cette campagne, la population canadienne demande au gouvernement fédéral de s’attaquer aux causes profondes des migrations forcées, pour qu’aucune personne ne soit contrainte de fuir son foyer. La campagne invite également les Canadiennes et les Canadiens à mieux comprendre la réalité des personnes déplacées de force, de façon à rendre les pratiques et les politiques du Canada plus accueillantes. Possédant plus de cinquante ans d’expérience auprès des personnes déplacées à travers le monde, Développement et Paix encourage le gouvernement du Canada à exercer son leadership dans l’application des deux pactes mondiaux. En ce sens, l’organisation a présenté un mémoire au Comité permanent de la citoyenneté et de l’immigration dans le cadre de son étude intitulée Enjeux et possibilités liés à la migration pour le Canada au 21e siècle, en plus de témoigner devant le comité.

Développement et Paix – Caritas Canada invite toutes les personnes intéressées à partager le chemin des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes contraints de fuir leur foyer. Prenez part à notre campagne et passez à l’action en signant une carte d’action, en organisant une marche solidaire ou en faisant un don en appui aux personnes déplacées de force.

Pour en savoir davantage sur les deux pactes mondiaux en matière de migration, consultez le : news.un.org/fr/story/2018/12/1031831.