Développement et Paix pleure Nelson Mandela

6 décembre 2013

Développement et Paix se joint au monde en deuil, suite à l’annonce du décès de Nelson Mandela, dont la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud a inspiré un mouvement mondial visant à mettre fin à la ségrégation raciale, à la pauvreté ainsi qu’à toutes formes d’oppression.

À la fin des années 1980, Développement et Paix a joint ce mouvement. En solidarité, nous nous sommes mobilisés, ici au Canada, et avons recueilli 120 000 signatures pour notre pétition adressée au gouvernement canadien lui demandant de maintenir les sanctions contre le régime de l’apartheid, jusqu’à ce que celui-ci soit aboli. En 1990, lorsque Nelson Mandela s’est exprimé lors de la réunion du Commonwealth à Abuja, au Nigeria, l’ancienne directrice générale de Développement et Paix, Gabrielle Lachance, était présente. Elle a signé l’accord permettant de créer le Fonds Nelson Mandela, visant à soutenir les efforts pour mettre un terme à l'apartheid et auquel Développement et Paix a contribué.

Nelson Mandela nous a montré que la justice sociale est un voyage long et ardu, mais qui, avec la foi, la persévérance et la détermination peut donner lieu à un changement et permettre l’avènement d’un monde meilleur, et ce, même dans les moments les plus sombres. Après 27 années d’emprisonnement comme prisonnier politique, Nelson Mandela a finalement été libéré parce que le monde s’était rallié à sa cause. Peu de temps après, il a personnellement écrit à Développement et Paix pour remercier l’organisme de sa solidarité qui a été selon lui, « appréciée comme une véritable manifestation de soutien envers notre lutte ».

Nous sommes honorés d'avoir croisé la route de ce grand homme, qui s’est battu en faveur de la liberté en Afrique du Sud et contre l’apartheid. Même lorsqu’il a été élu président, en 1994, à la fin de l’apartheid, Mandela n’a jamais renoncé à être une voix pour les personnes marginalisées. Sa vie restera une source d’inspiration et un appel à l’action pour toutes celles et ceux qui croient en la dignité de chaque personne.

Dans ses célèbres mémoires, Un long chemin vers la liberté, il a écrit : « J’ai parcouru ce long chemin vers la liberté. J’ai essayé de ne pas faiblir, j’ai fait beaucoup de faux pas. Mais j’ai découvert ce secret qu’après avoir gravi une haute colline, tout ce qu’on découvre c’est qu’il y en a encore beaucoup d’autres à gravir. Je me suis reposé ici un moment pour contempler le panorama magnifique qui m’entoure, pour regarder la distance parcourue. Mais je ne peux me reposer que pour un moment, car avec la liberté viennent les responsabilités, et je n’ose pas m’y attarder car ma longue promenade n’est pas terminée. »

Madiba, ta longue marche n'est pas terminée. Elle continue à travers chaque personne que tu as inspirée tout au long du chemin.