Haïti : 10 ans après le séisme

Le 12 janvier 2010, un séisme meurtrier frappa Haïti infligeant de très lourdes pertes… 
Des milliers de personnes perdirent la vie, et autant furent blessés.  Des maisons détruites, des établissements d’éducation ravagés, des hôpitaux inutilisables… Haïti fut dévastée. Les pertes causées par le tremblement de terre dépassèrent le PIB réel du pays…

 

 

Confrontée à des nouveaux défis

 Alors même qu’Haïti se remettait du tremblement de terre, l’instabilité politique et les effets des changements climatiques ont fait des ravages dans le pays.
Considérée comme la plus grande victime des catastrophes climatiques, Haïti a été confrontée au passage de trois ouragans majeurs (Sandy, Matthew, et le plus récent, Irma), une épidémie de choléra, ainsi que de terribles épisodes de sécheresse et d’inondation.
De plus, la corruption et l’inefficacité du gouvernement paralysent le pays. Ceci rend particulièrement difficile, pour les communautés isolées, de recevoir des services.

 

L’aide de Développement et Paix – Caritas Canada

Nous œuvrons depuis 1972 auprès des communautés les plus vulnérables du pays.
Suite au tremblement de terre et grâce à nos partenariats dans le pays, nous avons étendu notre champ d’action afin de soutenir le peuple haïtien. À la fin de notre programme de reconstruction en 2015, nous avons consolidé nos efforts avec nos partenaires pour assurer une continuité et poursuivre nos actions tout en tenant compte des nouveaux défis auxquels le pays et ses habitants sont confrontés.
Notre vision est que le peuple haïtien puisse vivre dans la dignité.

 

 

Quelques chiffres

  • 31 083 017 $ ont été investis dans des projets d’aide humanitaire et de développement communautaire ;

  • 1,2 million de personnes ont reçu une aide alimentaire ;

  • 102 849 personnes ont reçu des soins de santé et d’aide psychosociale ;

  • 563 maisons ont été construites ou réparées

Pour en apprendre davantage sur nos actions, lisez notre rapport « Haïti, 10 ans après le séisme » 

 

 

Par Dominique Godbout, chargée de programme – aide humanitaire

Les femmes sont impliquées de près dans la détermination des priorités de conception des abris dans les camps de réfugiés rohingyas.

Cela fait maintenant quatre ans que l’afflux massif de réfugiés rohingyas du Myanmar vers le Bangladesh a commencé. Quatre ans que Caritas Bangladesh, par le biais de son programme d’intervention d’urgence, travaille sans relâche pour répondre aux besoins critiques des femmes, filles, garçons et hommes rohingyas qui vivent dans les camps de réfugiés à Cox’s Bazar.

Également, depuis 2017, grâce au soutien de milliers de Canadiens et d’Affaires mondiales Canada, Développement et Paix — Caritas Canada aide Caritas Bangladesh à fournir des abris dignes et sûrs aux familles dans des camps encombrés et exposés aux catastrophes.

La politique d’aide internationale féministe du Canada a motivé notre engagement à faire en sorte que les abris répondent aux besoins spécifiques de ceux qui y passent le plus de temps : les femmes, les adolescentes et les autres groupes vulnérables. Cela signifie que les abris doivent être fabriqués avec des matériaux durables, être bien ventilés, disposer d’espaces sécurisés pour cuisiner et se laver, de cloisons pour une meilleure intimité et de serrures pour la sécurité.

L’approche de Caritas Bangladesh en matière de réhabilitation et de construction d’abris, sensible à la dimension de genre et dirigée par la communauté, a eu des effets significatifs sur la communauté, en particulier pour les femmes, les filles et les groupes vulnérables. Les femmes participantes ont acquis la confiance nécessaire pour exprimer leurs besoins et participer aux décisions concernant l’amélioration de leurs abris. Elles ont également acquis des compétences, des connaissances et de l’autonomie en matière de réhabilitation/construction de logements. L’utilisation de ces nouvelles compétences et capacités a également permis de renforcer la cohésion et la fierté de la communauté. Les femmes ressentent également un plus grand sentiment de sécurité et de confiance dans la capacité de leurs abris à résister aux récurrences de phénomènes météorologiques extrêmes.

Caritas Bangladesh aide les femmes Rohingya à acquérir des compétences en matière de planification, de construction et d’entretien des abris.

Au cours de l’année écoulée, les incendies, les inondations, les cyclones et la pandémie de COVID-19 ont créé plusieurs embuches dans la mise en œuvre de la réponse humanitaire. Cela a eu des répercussions négatives sur la sécurité et le bien-être des réfugiés, surtout pour les ménages les plus vulnérables. Malgré ces difficultés, Développement et Paix reste déterminé à soutenir les efforts continus de Caritas Bangladesh pour assurer la dignité des Rohingyas et pour améliorer leur avenir.