Honduras : justice doit être rendue pour l’assassinat brutal de la militante écologiste Berta Cáceres

7 mars 2016

Développement et Paix joint sa voix à celles de ses partenaires honduriens pour condamner sans équivoque l’assassinat odieux de Berta Cáceres, présidente du Groupe de coordination du Conseil civique des organisations populaires et autochtones du Honduras (COPINH), tôt dans la matinée du mercredi 2 mars 2016. Devant une perte aussi tragique, non seulement pour la famille et les amis de Berta, mais également pour le mouvement des défenseurs des droits de la personne, du territoire et de l’environnement, Développement et Paix tient à exprimer ses sincères condoléances et sa solidarité auprès de toutes les personnes touchées.

L’assassinat de Berta, une chef de file des Lencas, un peuple autochtone persécuté et lauréat du prestigieux prix Goldman pour l’environnement, ne laisse aucun doute sur les dangers auxquels s’exposent toutes celles et tous ceux qui défendent les droits de la personne et de l’environnement au Honduras. « Son assassinat montre et expose la vulnérabilité des personnes et des organisations qui luttent pour les droits humains et la défense des ressources naturelles, et contre l’abandon de notre souveraineté nationale », a déclaré le père Ismael Moreno, SJ, directeur de Fundacion ERIC, un partenaire de Développement et Paix au Honduras.

La famille de Berta souhaite que la communauté internationale mette sur pied une commission d’experts pour procéder à une enquête approfondie. Le gouvernement du Honduras doit coopérer avec une telle enquête, dont le mandat sera d’apporter des éclaircissements sur les motivations de cet acte.

Développement et Paix déplore que l’État du Honduras ait échoué à fournir à Berta les mesures de protection exigées par la Commission interaméricaine des droits de l’homme, en reconnaissance de son statut de militante pour les droits de la personne faisant l’objet de graves menaces.

Développement et Paix réclame que le Honduras garantisse la sécurité de Gustavo Castro, un citoyen mexicain et militant écologiste réputé, qui a été témoin du crime et dont la vie est aujourd’hui sérieusement menacée. La communauté internationale, y compris le Canada, doit prendre des mesures pour protéger la vie de ce témoin précieux.

Grâce à son travail en tant que directrice du COPINH, Berta a collaboré directement avec la Coalition nationale des organisations et des réseaux environnementaux (CONROA), un autre partenaire de Développement et Paix au Honduras. La CONROA estime que l’assassinat de Berta envoie un message troublant à ses organisations membres, de se démobiliser et de mettre un terme à la défense des territoires autochtones qui sont menacés par d’énormes projets de développement.

En mémoire de Berta, Développement et Paix réaffirme sa solidarité avec tous les Honduriens qui défendent les ressources naturelles et le droit à la terre des peuples autochtones. Il invite le gouvernement du Honduras à prendre ses responsabilités, en vertu du droit international et des lois du pays, pour protéger la vie de celles et ceux qui défendent les droits humains et l’environnement.