Honduras: Menace des droits fonciers autochtones

11 septembre 2014

Michel Casey, directeur général de Développement et Paix, a écrit au président de la Cour suprême du Honduras pour exprimer ses inquiétudes relatives à l’intimidation des communautés indigènes Lenca, dans le département de La Paz, soutenues par Développement et Paix. Les dirigeants des communautés Lenca, avec le soutien de Développement et Paix, ont étudié les lois du Honduras et les traités internationaux qui protègent leurs droits concernant les mégaprojets hydroélectriques et autres projets qui les menacent de se faire expulser de leurs territoires ancestraux.

Le 3 septembre, la police hondurienne, accompagnée de civils armés, a fait feu sur un indigène Lenca non armé, en plus de brûler leurs maisons qui se trouvaient sur des territoires en litige appartenant à la communauté. Dans sa lettre, Développement et Paix appelle les autorités du Honduras à garantir le respect des droits des populations Lenca sur les terres où elles cultivent leur nourriture et qui permettent ainsi la survie de leurs communautés. Ces droits sont inscrits dans la constitution hondurienne et dans les traités internationaux signés par le Honduras.

Les Lenca sont un des huit peuples indigènes du Honduras; ils vivent dans une situation d’extrême pauvreté, sont marginalisés et souffrent de discrimination quotidienne. Les terres de toutes ces populations sont menacées par ces mégaprojets, comme les barrages hydroélectriques financés par les fonds internationaux pour le climat, et les mégaprojets miniers.