La crise au Honduras: seules la vérité et la justice peuvent apporter la paix

6 décembre 2017
La crise au Honduras

Développement et Paix – Caritas Canada, l’organisation de développement international de l’Église catholique au Canada, est présente au Honduras depuis plus de 40 ans grâce à un réseau d’organismes partenaires. Dans le climat d’agitation qui touche actuellement le pays au lendemain des élections législatives et présidentielles, et alors que les forces de sécurité utilisent l’état d’urgence pour empêcher le peuple de protester contre les soupçons de manipulation et de fraude qui pèsent sur les élections du 26 novembre, nous voulons exprimer notre solidarité avec le peuple hondurien et saluer toutes les femmes et les hommes courageux qui ont exercé pacifiquement leur droit de vote. Les recommandations que nous formulons en tant qu’organisation catholique se fondent sur les principes de justice, de vérité et de paix, qui sont à la base de notre travail. 

Nos partenaires l’ont fait savoir, le gouvernement du président sortant Juan Orlando Hernandez était déjà compromis par son association au coup d’État de 2009 contre un gouvernement légitimement élu. Des fraudes massives auraient permis à M. Hernandez, candidat du Parti national, d’amasser des fonds illicites en dépouillant le Service national de la santé; fort de l’appui de juges nommés par le parti, il est parvenu à contourner la Constitution qui lui interdisait de briguer un second mandat, et les élections qu’il a déclenchées ont donné lieu à des allégations de fraude et d’irrégularités.

Compte tenu des soupçons de manipulations dans les bureaux de vote et du fait que le Tribunal suprême électoral n’a ni procédé à un dépouillement sérieux des bulletins ni proclamé les résultats de l’élection, nous demandons à la communauté internationale d’instituer une commission internationale indépendante pour superviser un nouveau dépouillement de tous les bulletins de vote. Ce recomptage devra se faire sous la supervision des Nations Unies et en présence de représentants de tous les partis politiques.

Tant que ce nouveau dépouillement n’aura pas eu lieu et que les conclusions n’auront pas été publiées, le Tribunal suprême électoral devra s’abstenir de publier le moindre résultat électoral.

En outre, nous demandons au gouvernement du Honduras de lever l’état d’urgence et le couvre-feu, et de permettre aux citoyennes et citoyens du pays de manifester pacifiquement pour faire valoir leur droit au scrutin universel, à des élections libres et équitables ainsi que les droits démocratiques qui leur sont garantis par la Constitution du Honduras et par les traités internationaux ratifiés par le pays. Les partis politiques devront veiller à ce que leurs adhérentes et adhérents exercent leurs droits démocratiques dans la paix, le respect et le dialogue.

Le droit à la liberté d’expression doit être respecté et il faut que les correspondants étrangers soient admis dans le pays. Tous les journalistes doivent être autorisés à circuler librement, à travailler sans entraves et à informer la population.  

Enfin, nous pressons l’État hondurien d’ouvrir une enquête sérieuse sur les allégations de fraudes commises avant les élections, sur les accusations de fraude électorale et de manipulation des boîtes de scrutin et sur les irrégularités qui se seraient produites durant le dépouillement des bulletins de vote alors que les Honduriens attendaient les résultats des élections. Les personnes reconnues coupables de fraude devront être inculpées et traduites en justice. Par ailleurs, les violations des droits de la personne, notamment les tirs de policiers qui ont causé des pertes humaines et les détentions arbitraires perpétrées depuis les élections, doivent faire l’objet d’enquêtes criminelles et leurs auteurs devront être punis. 

L’Évangile nous rappelle que la vérité nous rendra libres, et nous sommes convaincus que seule la vérité pourra apporter une solution viable à cette crise. Comme le soulignent les Jésuites d’Amérique centrale dans leur analyse de la situation, « la paix est le fruit de la justice (Isaïe 32,17). Et à l’heure qu’il est, les principes de la vérité et de la justice balisent la seule issue pour le Honduras. »