À l'occasion de la Journée internationale des droits de la personne, rencontrons une artisane de paix du Canada !

11 décembre 2017

Cette année, le prix Nobel de la paix a été décerné à ICAN, la Campagne internationale pour l'abolition des armes nucléaires. Le 10 décembre, Journée internationale des droits de la personne, ICAN a été récompensée lors d'une cérémonie officielle à Oslo.

PAX, partenaire de Développement et Paix – Caritas Canada, est un membre important de cette coalition et fait partie du Mouvement catholique international pour la paix, Pax Christi. Ce mouvement est également actif au Canada et, puisque notre campagne actuelle de sensibilisation Que la paix soit avec elle, célèbre les artisanes de paix, nous voulions partager avec vous le travail inspirant de Sœur Gisèle Turcot, sbc, membre fondatrice d'Antennes de Paix (Antennas of Peace), la section montréalaise de Pax Christi et militante engagée contre les armes nucléaires et la militarisation. Elle nous raconte ici ce qui la motive à être une artisane de paix.

1. Pourquoi se mobiliser en faveur du désarmement nucléaire ?

Notre planète est un trésor, un trésor fragile, que des armes nucléaires pourraient anéantir. Même si notre pays, le Canada, ne possède pas d’arsenal nucléaire, nous n’avons pas le choix de participer au mouvement mondial pour l’abolition totale des armes nucléaires et cela au moins pour deux raisons :

  • Comme gardiennes et gardiens de la création entière et coresponsables de la famille humaine, nous savons que ces armes de destruction massive, prêtes à être déclenchées, menacent la sécurité de toute la planète, comme nous l’avons appris lors du bombardement des villes d’Hiroshima et Nagasaki en 1945 ;
  • Les énergies humaines et les ressources financières employées au maintien des systèmes d’armements et au développement d’engins toujours plus sophistiqués sont détournées du travail constructif pour le développement humain, spécialement dans les pays les plus pauvres.

L’une de nos membres, sœur Mary Ellen Francoeur, SOS (Sister of Service), milite pour le désarmement nucléaire depuis une trentaine d’années. Lors d’une soirée publique elle a déclaré :

« Nous, les êtres humains, sommes l’expression de la création la plus récente, mais notre impact est grand. Avec le développement de la science, l’humanité est capable de contrôler la vie et la mort, capable de détruire la vie. L’univers si vulnérable se remet dans les mains des êtres humains. [Avec les armes nucléaires] le monde continue de choisir la mort au lieu de la vie. Ce choix n’était pas le but de la Création de Dieu. Maintenant c’est le temps de faire un autre choix. »

2. Que fait Antennes de Paix ?

Notre groupe Antennes de paix à Montréal a participé à la campagne pour le maintien du registre des armes au Canada et même au soutien du Programme d’action des Nations Unies pour une convention sur le contrôle effectif des armes légères et conventionnelles.

Notre organisation est membre du réseau catholique pour la paix Pax Christi International (PCI). Fondé en 1945, le mouvement s’est engagé à fond pour le désarmement général pendant les années de la guerre froide, ainsi que pour l’abolition des armes nucléaires en participant à des coalitions comme ICAN, qui recevra le Prix Nobel de la Paix 2017. Comme membres de ce grand réseau, en nous appuyant sur les recherches mises à notre disposition, nous participons occasionnellement à des campagnes de sensibilisation, telles que GDam – le désarmement pour le développement global – et à des actions de plaidoyer à l’ONU, ou au PCI à titre d’observateur.

3. Pour vous, que signifie la paix ?

Vouloir et pouvoir vivre en paix est l’une des aspirations les plus profondes de tout être humain. Une paix qui me facilite les conditions pour interagir avec mon milieu dans le dialogue afin d’établir ou de rétablir des relations harmonieuses, respectueuses des droits des diverses parties en cause. Une paix fondée sur la reconnaissance de la dignité de toute personne, de tout peuple, qui me rend ouverte et compatissante aux souffrances des communautés divisées par des conflits violents et me rend solidaire de leurs appels à l’aide. Comme l’a dit Patrick Maloum, lauréat du Prix du Public pour la Paix 2017, la paix fait appel au « pouvoir de l’amour », seule force vraiment capable de contrer la soif du pouvoir qui divise. Enfin une paix que je reconnais à l’œuvre dans le travail des médiatrices et médiateurs, artisanes et artisans de paix au quotidien.

4. Que peut faire le Canada pour contribuer à la paix dans le monde ?

Chaque fois que les questions de paix touchent le désarmement, les militants pour la paix incitent le gouvernement du Canada à exercer un leadership auprès des autres gouvernements pour faire progresser les pourparlers et les négociations. Cela est possible comme on l’a démontré dans le cas des « armes antipersonnel ». La militante Jody Williams, prix Nobel de la Paix, a raconté comment le Canada a pris l’initiative de réunir des pays et conduit un processus qui a abouti en cinq ans seulement à la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des armes antipersonnel (1997). Cette victoire est aussi due à une campagne internationale rendue possible grâce à l’accélération des communications par Internet dans les années 1990.

Aujourd’hui, en 2017, le Rassemblement canadien pour une convention sur les armes nucléaires (nuclearweaponsconvention.ca ) demande au Canada de s’engager beaucoup plus activement en faveur du désarmement nucléaire total en travaillant à la mise en œuvre du Traité sur l’élimination des armes nucléaires qui a été adopté par 127 pays (mais pas le Canada) membres de l’ONU le 7 juillet dernier. 

 


Pour en savoir plus sur les Antennes de Paix : antennesdepaix.org ou contacter antennesdepaix@gmail.com                          

Antennes de paix est partenaire du Prix du Public pour la Paix, une initiative en ligne qui a pour mission de faire connaître et reconnaître des artisans et artisanes de paix proposés par le grand public. Visiter prixpublicpaix.org