« Nous sommes arrivés au Bangladesh sans aucun bagage »

2 novembre 2017
We came empty handed to Bangladesh

La situation des Rohingyas ne s’améliore pas. Cela fait maintenant deux mois que l’État d’Arakan, situé dans une région pauvre à l’extrême ouest de la Birmanie, subi une intervention militaire Birmane, poussant près d’un million de personnes à fuir les violences et à se réfugier au Bangladesh voisin.

Dans le district de Cox’s Bazar, au sud du Bangladesh, 1,2 millions de personnes s’entassent dont 300 000 habitants locaux et près de 900 000 réfugiés rohingyas, nouvellement ou anciennement arrivés, repartis dans divers camps de fortune.

Sharif Mia, 54 ans, fait partie de ces Rohingyas de la Birmanie qui n’ont eu pas d’autre choix que le déplacement forcé pour fuir les exactions. Il menait une vie paisible à Dhiultoli, un village du district de Maungdaw, avec 8 membres de sa famille, dont sa femme et deux de ses filles. L’agriculture était sa seule source de revenus. Le 25 août 2017, sa maison a été brûlée par l’armée birmane et il a dû s’enfuir, avec 5 autres membres de sa famille. Ils ont marché pendant 10 jours dans la forêt, avec d’autres personnes réfugiées, pour atteindre la frontière et arriver enfin au Bangladesh après avoir traversé la rivière Naf. Ils ont trouvé refuge au camp Moinnarghona Camp-2 à Ukhia, dans le district de Cox’s Bazar.

Après quelques jours passés à dormir sous les étoiles, il a pu construire un abri temporaire avec l’aide des gens de la place. Il a alors commencé à rechercher son fils et sa fille plus âgés qu’il avait envoyés au Bangladesh un peu plus tôt. Il ne les a pas retrouvés.

À part un peu de riz, il n’a rien d’autre et n’a reçu aucun soutien d’aucune organisation, ce qui a rendu leur survie plutôt difficile. Développement et Paix et Caritas Bangladesh sont les premières organisations à leur avoir fourni de la nourriture et quelques biens de première nécessité.

« Nous sommes arrivés au Bangladesh sans aucun bagage, nous ne pouvions rien apporter avec nous. La nourriture et les articles d’urgence que nous avons reçu des Caritas vont nous faciliter un peu la vie ».

Développement et Paix – Caritas Canada et Caritas Bangladesh mènent, dans le district de Cox’s Bazar diverses actions et notamment la distribution de nourriture pour venir en aide à plus de 25 000 personnes.

À la question : « Si la situation s’améliorait, aimeriez-vous retourner dans votre pays? », Sharif Mia a répondu: « L’armée a tué de nombreuses personnes et brûlé de nombreuses maisons au village, en fait je ne sais même pas combien. J’ai bien peur que cette situation ne s’arrange jamais; le retour à la maison me semble très loin et incertain. »

aide urgente - crise humanitaire

 

JE DONNE MAINTENANT

Développement et Paix – Caritas Canada accepte les dons destinés à soutenir les populations vulnérables affectées par la crise et fait appel à la générosité de la population canadienne.

Donnez avant le 28 novembre et votre don sera jumelé par le gouvernement du Canada.

Les dons à Développement et Paix peuvent être faits en ligne, par téléphone (1 888 664-3387), ou en envoyant un chèque libellé au nom de Développement et Paix (veuillez y inscrire Crise des réfugiés Rohingyas) à l’adresse suivante : Développement et Paix, 1425 boul. René-Lévesque Ouest. 3e étage, Montréal, QC, H3G 1T7.