Que se passe-t-il quand les poumons de la Terre sont en feu?

27 août 2019


Vue aérienne des conséquences de la déforestation dans la zone de la Pampa, en Amazonie péruvienne.

La forêt amazonienne, qui fournit 20% de l’air que nous respirons, brûle sous nos yeux. En cette période où Développement et Paix - Caritas Canada se prépare à lancer sa nouvelle campagne d’éducation Pour notre maison commune : Un futur pour l’Amazonie, un futur pour toutes et tous - qui rappelle l’importance de protéger l’Amazonie et ses peuples - et où l’Église à travers le monde se prépare pour le Synode sur l’Amazonie qui se tiendra à Rome en octobre prochain, l’urgence d’agir pour protéger ce qui reste de l’Amazonie n’est plus à démontrer.  

Dans un communiqué publié le 22 août dernier par le CELAM (le Conseil épiscopal pour l’Amérique latine), les évêques latino-américains soulignent l’importance de l’Amazonie pour toute la planète et « la gravité de cette tragédie qui a non seulement un impact local et régional, mais aussi un impact planétaire ». Ils demandent aux gouvernements des pays amazoniens, aux Nations Unies et à la communauté internationale « de prendre de sérieuses mesures d’urgence pour sauver le poumon du monde », alors que des milliers d’incendies ravagent la forêt amazonienne au Brésil.

Développement et Paix - Caritas Canada est très préoccupé par la sécurité de nos partenaires qui travaillent dans la région, et par la sécurité et l’avenir des peuples autochtones et autres populations traditionnelles qui vivent dans les zones affectées par les incendies. Ils sont à l’avant-plan des luttes pour la protection du bassin amazonien, qui à son tour protège le climat de la Terre.

Depuis l’élection du président Jair Bolsonaro au Brésil, la déforestation de l’Amazonie a augmenté de manière importante. Son gouvernement a abrogé des lois qui protégeaient les territoires autochtones et traditionnels de l’exploitation des ressources. De plus, il a attaqué ouvertement et criminalisé les défenseurs des droits humains, les peuples autochtones et les mouvements sociaux qui souhaitent protéger l’Amazonie et ses peuples. Ce contexte politique a enhardi les exploitants forestiers et miniers ainsi que les éleveurs et l’agro-industrie, à envahir les territoires protégés et à intimider les communautés autochtones.

Dans une lettre publiée lundi 26 août 2019, la Commission pastorale de la Terre (CPT), l’un de nos partenaires au Brésil qui documente les conflits et les violences liés à l’accès aux terres dans la région amazonienne, déclare que « de nouvelles règles qui favorisent l’accaparement des terres, ainsi que d’autres mesures encourageant la criminalité prises par le gouvernement…ont semé la panique et la peur au sein de plusieurs groupes sociaux à travers l’Amazonie. Ces actions ont entrainé la hausse dramatique du nombre d’incendies allumés par des accapareurs de terres, causant ainsi le déplacement forcé des peuples autochtones, et réduit en cendres la forêt amazonienne ».
La CPT nous demande de lancer un appel au gouvernement du Canada afin qu’il puisse exercer des pressions diplomatiques sur le gouvernement brésilien et de subordonner nos relations commerciales à la protection de la forêt amazonienne.

L’exploitation des ressources de l’Amazonie est tirée par une économie mondiale basée sur la surconsommation, à un rythme effréné qui menace le futur de notre planète. Chacune et chacun d’entre nous a un rôle à jouer pour réduire notre consommation et soutenir des alternatives justes et durables qui pourront préserver notre maison commune pour les prochaines générations.


Des militaires péruviens sur la zone de la Pampa, la plus affectée par l’exploitation minière illégale dans la région Madre de Dios.

Depuis plusieurs années, Développement et Paix - Caritas Canada fait campagne pour la justice climatique, la responsabilité et la reddition de comptes des entreprises ainsi que le respect des droits humains; l’importance de ce travail n’est plus à démontrer quand on voit, avec horreur et tristesse, la forêt amazonienne et d’autres forêts dans le monde brûler sous nos yeux.

Pour en savoir davantage sur la campagne Pour notre maison commune, et sur les gestes que vous pouvez poser pour protéger notre planète, visitez notre site :  devp.org/fr/education/fall2019/materials.