Retour sur la campagne d’automne Créons un climat de changement

25 janvier 2016
By: 
Elana Wright, chargée de recherche et de plaidoyer

La dernière campagne d’éducation de Développement et Paix, Créons un climat de changement a connu un très grand succès grâce à la mobilisation de milliers de Canadiennes et de Canadiens au sein de leurs communautés, paroisses et écoles.

Lancée le 1er septembre à l’occasion de la Journée mondiale pour le soin de la création, instituée par le Pape François, la campagne concernait l’impact des changements climatiques sur les populations les plus pauvres et les plus vulnérables dans les pays du Sud et insistait sur la nécessité de changer nos comportements et nos systèmes afin de lutter contre les changements climatiques.

La campagne a été inspirée par Laudato Si’, l’encyclique du pape François qui nous demande de développer des alternatives justes qui respectent la création. Ceci implique des changements au niveau individuel, communautaire, provincial, national et international.

Développement et Paix a mené cette campagne ici, au Canada, alors que de nombreux catholiques à travers le monde ont exprimé leur engagement à respecter la création à travers des réseaux comme par exemple le Mouvement catholique mondial pour le climat et à travers la campagne de la CIDSE intitulée Change for the Planet, Care for the People.

Des membres de Développement et Paix de partout au pays ont organisé des vigiles pour le climat durant les Journées d’action et de prière, du 23 au 25 octobre 2015, et tout au long du mois de novembre dans le cadre des préparatifs entourant la COP21.

Alors que les chefs d’État convergeaient vers Paris pour les négociations sur le climat de la COP21, 785 000 personnes ont défilé à travers le monde pour leur exprimer l’urgence d’agir concrètement contre les changements climatiques. Au Canada, 25 000 personnes se sont rassemblées à Ottawa, tandis que d’autres marches avaient lieu d’Antigonish, en Nouvelle-Écosse à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Développement et Paix a distribué des milliers de cartes d’action à travers le Canada, appelant le premier ministre à entreprendre des actions pour lutter contre les changements climatiques. Le décompte de ces cartes est en cours par le bureau du premier ministre et nous connaitrons le nombre exact de cartes reçues d’ici le début du mois de février.

Les Canadiennes et Canadiens ayant signé les cartes d’action se sont également engagés personnellement à changer une ou plusieurs de leurs habitudes de vie afin de réduire notre impact sur le climat. En effet, le changement doit émerger à tous les niveaux pour assurer la survie des populations des pays du Sud et celle de notre planète. Force est de constater que nous avons déjà obtenu certains résultats. En effet, à travers ces cartes d’action, les Canadiennes et les Canadiens demandaient du leadership lors des négociations à Paris et de la générosité afin que les communautés vulnérables puissent s’adapter aux impacts des changements climatiques. À Paris, la ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Catherine McKenna a joué un rôle de premier plan lors des discussions en encourageant les autres États à travailler avec ambition pour empêcher une augmentation globale de la température dépassant 1,5°C.

Le Canada a également pris l’engagement de fournir des ressources aux communautés les plus vulnérables afin qu’elles puissent s’adapter aux changements climatiques. La campagne appelait également le gouvernement fédéral à effectuer une transition entre une économie dépendante aux énergies fossiles vers une économie basée sur l’efficacité énergétique et sur les énergies renouvelables.

Une délégation composée d’employés et de membres de Développement et Paix s’est rendue à Paris pour suivre les négociations des 195 pays membres des Nations Unies et pour se joindre aux mobilisations citoyennes et aux activités publiques, qui ont reflété les mobilisations à travers le monde. Alors que la délégation canadienne est rentrée au pays avec un accord sur le climat signé et avec beaucoup de travail en perspective afin de mettre en œuvre cette entente, la délégation de Développement et Paix a quitté Paris avec la ferme intention de sensibiliser le grand public à l’importance de bâtir un monde basé sur la justice climatique et d’effectuer un suivi auprès du gouvernement afin qu’il respecte ses engagements.