Vous avez soutenu les femmes artisanes de la paix, et nous vous avons entendu !

12 octobre 2018
renforcer la participation des femmes aux processus de paix

La campagne de Développement et Paix – Caritas Canada Que la paix soit avec elle, a mis en lumière des femmes courageuses qui se battent contre la violence afin de bâtir un monde de paix, et a demandé au gouvernement canadien d’en faire plus pour les soutenir. Grâce à un travail soutenu, tant au niveau national que local, et des efforts de plaidoyer de la part de nos membres et de notre personnel, cette campagne fait une différence !

Des membres de Développement et Paix de partout au pays ont rencontré 63 députés afin de leur démontrer de quelle manière les femmes constituent aujourd’hui notre meilleur espoir pour la paix dans le monde. De plus, 70 000 cartes d’action signées et des messages courriels ont été envoyés au premier ministre Trudeau, demandant à son gouvernement d’augmenter le soutien apporté aux femmes artisanes de paix dans les États fragiles et rongés par les conflits.

Sur la Colline du Parlement à Ottawa, des membres du personnel et des membres jeunesse de Développement et Paix, accompagnés de femmes artisanes de paix de nos organisations partenaires, sont venus partager ce message avec les élus, au cours de discussions, de panels et par la remise des milliers de cartes d’action. Nous avons aussi collaboré avec Kairos Canada et le réseau canadien Femmes, paix et sécurité, sur des activités publiques et au parlement pour que les femmes artisanes de paix ne soient pas oubliées par notre gouvernement cette année.

Comment cette campagne fait la différence?

Le 22 septembre 2018, lors de la toute première réunion des femmes ministres des Affaires étrangères à Montréal, la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, a annoncé que le gouvernement allait créer le premier poste d’ambassadeur du Canada dédié aux femmes, à la paix et à la sécurité. Cette nouvelle ambassadrice sera une championne des femmes, de la paix et de la sécurité, au Canada et à l'étranger. Ce poste avait été initialement proposé par le député d'Etobicoke-Centre, Borys Wrzesnewskyj à travers le dépôt d’une motion parlementaire. D’ailleurs, Développement et Paix avait publié une lettre d'appui à cette motion et participé aux tables rondes de la société civile sur la question de la création de ce poste, organisées dans tout le pays.

Nous sommes heureux de constater que la création d’un poste d’ambassadeur dédié aux femmes, à la paix et à la sécurité s’appuie sur l’héritage du Canada dans son rôle de pacificateur et complète le mouvement dynamique du Canada composé d’organisations de la société civile canadiennes dotées d’une expertise en matière de droits des femmes, de paix et de sécurité. Pour que ce rôle ait le plus grand impact possible, l’ambassadrice devrait dans son approche s'attaquer aux causes profondes de la violence et des conflits.

La ministre Freeland a également annoncé un financement de plus de 25 millions de dollars pour renforcer la participation des femmes aux processus de paix, enquêter sur les crimes violents contre les femmes, consolider la paix et soutenir des projets d'égalité entre les femmes et les hommes dans les pays en développement.

Plus tôt cette année, le 4 mars 2018, le ministre des Finances a annoncé une augmentation du budget de l’aide internationale de 2 milliards de dollars sur cinq ans. C’est l’augmentation la plus importante de l’aide internationale depuis ces 16 dernières années. Développement et Paix a applaudi cette hausse du budget de l’aide qui était l’une des demandes de notre campagne. Toutefois, nous avons continué de plaider pour que le gouvernement se rapproche davantage de la cible de 0,7% du PIB, reconnue par la communauté internationale.  Cette hausse annoncée n’est cependant pas suffisante pour augmenter le niveau de l’aide internationale au-delà de 0,26% du revenu national brut (RNB).  

Développement et Paix a aussi contribué à l’ambitieux Plan national d’action du Canada consacré aux femmes, à la paix et à la sécurité lancé en novembre 2017. Ce plan représente la contribution du Canada à la mise en œuvre, au suivi et à l’évaluation des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité (2017-2022), où l’on reconnaît la vulnérabilité des femmes face aux conflits armés, mais aussi l’importance de les inclure dans tous les processus de paix et de reconstruction.

Félicitations à tous les membres, donateurs et membres du personnel de Développement et Paix, ainsi qu’à nos élus qui soutiennent ces femmes courageuses qui contribuent partout à travers le monde, à bâtir la paix pour leurs communautés et leurs pays.