17 avril : Journée internationale des luttes paysannes

Dans Plaidoyer
17 avril 2019

En cette journée du 17 avril, il apparaît important de souligner que l’exigence de justice sociale signifie aussi que celles et ceux qui nourrissent la planète puissent vivre dans la dignité et dans la paix, sans craindre pour leur vie ou celles des membres de leur famille, sans craindre de se faire expulser, exproprier ou persécuter pour la défense de leurs droits et de leurs terres.

Dans un monde où de nombreuses communautés, dont certaines appuyées par Développement et Paix – Caritas Canada du Brésil à la Sierra Leone, sont menacées par l’extractivisme ou l’accaparement des terres, il est aujourd’hui plus que jamais, nécessaire de nous mobiliser pour l’accès à la terre, le respect du droit de la conservation, de l’échange et de l’utilisation des semences, contre les meurtres et les violations des droits de la personne dont sont victimes bon nombre de paysannes et de paysans à travers le monde.

Développement et Paix – Caritas Canada appuie des paysannes et des paysans à travers le monde et a mené au cours des dernières années diverses campagnes et notamment  à l’automne 2011 sur la petite agriculture et à l’automne 2014 sur les semences, afin de mettre de l’avant l’importance de ces enjeux, et surtout, l’importance d’être solidaire des luttes menées par nos sœurs et frères des pays du Sud. 

Pour en savoir plus sur les luttes paysannes, voici un conseil lecture Pour la dignité paysanne, de Déogratias Niyonkuru, fondateur d’ADISCO, un partenaire de Développement et Paix – Caritas Canada au Burundi.

Dans cet essai, Deogratias Niyonkuru aborde des questions existentielles. Quelles priorités pour les paysans d’Afrique ? Quelles formes de soutien ? Comment réconcilier l’amélioration de la productivité, la réduction de la pauvreté rurale, et la préservation des écosystèmes ? Avec son message central – aider prioritairement les petits paysans, et surtout les paysannes, à reprendre confiance en soi et dans leur métier d’agriculteur, afin de retrouver leur dignité – il sort totalement des sentiers battus. De plus, la prise de décision démocratique est placée au centre de l’analyse.

*Les bénéfices seront reversés au Fonds pour la dignité paysanne.