Aujourd’hui un Sauveur vous est né!

Dans Blogue
22 décembre 2020
par 
Mgr Guy Desrochers, C.Ss.R., Évêque de Pembroke

Qui aurait cru ou même pu imaginer qu’un jour, le Créateur de l’univers choisisse de s’abaisser jusqu’à devenir un tout petit embryon dans le sein d’une jeune Vierge? Personne n’aurait pu envisager un tel scénario, parce que la plupart de nous, nous recherchons tout naturellement les honneurs, le pouvoir, les plaisirs, les reconnaissances et les louanges en ce monde. Et cet esprit de concupiscence qui nous habite souvent nous amène logiquement à projeter sur Dieu nos façons trop humaines de concevoir et d’interpréter la réalité. Sans la grâce de la foi, impossible de croire qu’un Dieu tout-puissant, sage et riche puisse désirer s’incarner dans le ventre d’une pauvre et chétive créature vivant dans la plus grande pauvreté. Cela contredit toute logique humaine. Mais justement! La foi que nous avons en ce Dieu fait chair dépasse la logique humaine, car elle est le fruit du grand don de l’Esprit Saint que Dieu accorde aux hommes et aux femmes de bonne volonté!

Quelle joie, quel bonheur que de contempler le regard et le sourire d’un nouveau-né! Tant d’innocence, de pureté, de confiance et de dépendance totale envers maman et papa qui le cajole doucement dans leurs bras. Et voyez comment son regard et son sourire provoquent immanquablement un effet-retour : en le voyant sourire, les proches sourient et se réjouissent! En le voyant tendre les bras, ils désirent à leur tour le prendre et le bercer dans leurs bras. En l’entendant balbutier des semblants de mots ou en poussant de petits cris difficiles à décoder, ils se mettent à son niveau et balbutient en retour toutes sortes de paroles douces et quelques fois incompréhensibles. En le voyant jouer tout seul, ils se penchent et s’assoient tout près pour ne pas trop l’impressionner avec leur grandeur et pour lui montrer qu’il n’est plus seul. En le voyant pleurer, ils deviennent tristes, mais consolants et compatissants envers lui.

Voyez-vous comment le petit enfant réussit à attirer notre attention, nos émotions et à susciter notre joie de vivre? Voyez comme il nous entraîne dans un mouvement d’amour et de communication réciproques. Voyez comme il réussit à donner plein de sens à nos vies parfois ternes et sans but précis. Ah, qu’il est grand le mystère de l’enfant qui dort paisiblement devant nous et qui nous fait rêver à notre tour.

Le mystère de Noël, c’est tout ça! C’est l’Enfant-Dieu qui s’abaisse en devenant tout-petit devant nous et en nous tendant les bras et ses toute petites mains, en nous regardant et en nous souriant tendrement. Comme s’il disait tout haut : prends–moi dans tes bras, s’il te plaît! J’ai tant besoin de ta tendresse, de ton affection, de tes mots de réconfort et de consolation. Permets-moi d’entrer dans ton cœur comme le font les vrais parents avec l’enfant qu’ils chérissent. Vois mon abaissement dans le berceau de la pauvre grotte de Bethléem. Veux-tu t’abaisser à ton tour pour prendre le temps de jouer avec moi, de me montrer que je ne suis plus seul? Désires-tu entrer en toute confiance dans le grand mystère de mon amour infini qui se révèle à toi à Noël?

Ton Sauveur Jésus qui t’aime sans mesure!

Joyeux Noël et Sainte Année 2021 à toutes et à tous !

 

* Image : L'adoration des bergers (vers 1650) par Matthias Stom, de Wikimedia Commons