Urgences

50 maisons construites à Ti-Boucan : En route vers notre objectif !

4 février 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications
Raphaël Sene, responsable de la production des portes et des fenêtres

Les habitants de Ti-Boucan, les ouvriers et les artisans de la nouvelle usine, l’Institut de Technologie et d’Animation (ITECA) et Développement et Paix ont travaillé fort; après plusieurs mois de travail sans relâche, les premières maisons sont sorties de terre !

Mots clés: 

Entrevue avec Yvonne Delcamize Simon, propriétaire d’une nouvelle maison

4 février 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications

Mme Yvonne Delcamize Simon est une veuve de 62 ans ayant habité toute sa vie à Ti-Boucan. Son père lui a légué sa maison et elle y a vécu jusqu’au séisme du 12 janvier 2010.

Publié dans: 
Mots clés: 

Franklin Montina, juge de paix de la commune de Gressier

4 février 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications

Monsieur Franklin Montina est le juge de paix responsable de la commune de Gressier. Dans le système judiciaire haïtien, le juge de paix est responsable d’une variété de dossiers relevant aussi bien du droit civil, pénal et commercial que correctionnel ou criminel. Ainsi, il reçoit les délibérations des conseils de famille et les dénonciations de délits ou de crimes dans les lieux où il exerce, mais il est également responsable de constater que les familles sont bien propriétaires des terrains sur lesquels elle construisent leur maison.

Publié dans: 
Mots clés: 

« Même s’il pleut, nous allons enfin pouvoir dormir comme de vrais bébés ! »

4 février 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications

Micheline et son époux Jean-Philippe, dit Frantzé, vont vivre avec leur fille de 12 ans et leur fils de 14 ans dans leur nouvelle maison dont ils recevront officiellement les clés mardi prochain, lors de l’inauguration du projet.

Publié dans: 
Mots clés: 

Mali : un nombre de plus en plus élevé de réfugiés dans les pays voisins

30 janvier 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications
-	Les réfugiés arrivent dans l'une des régions les plus arides du Burkina Faso. Ils arrivent sans rien. Ils ont besoin de nourriture, d'abris, de soins médicaux et de carburant. Photo : Simone Stefanelli/Caritas

En deux semaines, ce sont plus de 7 500 Maliens qui ont fui leur pays pour se réfugier dans les pays voisins, selon les chiffres du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. En effet, l'intensification du conflit a poussé des familles entières, pour certaines en voiture ou en camion et pour d’autres à pied ou à dos d'âne, à se réfugier dans les pays voisins (essentiellement au Niger, au Burkina Faso et en Mauritanie).

Notre réponse au typhon Saola aux Philippines

23 janvier 2013
par 
Geneviève Talbot, chargée de programmes internationaux
En août 2012, le typhon Saola (aussi connu comme Gener) et des pluies diluviennes frappaient durement le nord des Philippines, particulièrement la capitale, Manille, et ses alentours. Inondations, populations déplacées et crainte que l’eau ne prenne des mois à se retirer, comme après le passage du typhon Ondoy (Ketsana) en 2009, ont motivé les partenaires de Développement et Paix à réagir promptement.
Mots clés: 

Au Mali, des centaines de milliers de personnes menacées par les affrontements

16 janvier 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications
De nouveaux réfugiés maliens au Niger attendent d’être enregistrés et de recevoir les premières rations d’aliments. Photo : Ryan Worms/Caritas Internationalis

La situation difficile qui affecte actuellement des milliers de Maliens n’aura échappée à personne. L’intervention militaire française, si elle apparaît soutenue par la grande majorité des Maliens, risque de rendre davantage précaire la situation humanitaire de la population et particulièrement celle au Nord. L’instauration de l’état d’urgence par le président Dioncounda Traoré affecte d’autant plus les 200 000 personnes vivant encore dans cette région : «  J’ai une crainte pour la population du Nord aujourd’hui. On sait que cette population vit de manière précaire.

Haïti : « On peut être fier de ce qui a été fait jusqu’à présent. »

14 janvier 2013
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications

Entretien avec Jean-Claude Jean, responsable du bureau de Développement et Paix en Haïti. Il est chargé de la supervision du programme de reconstruction et du suivi des projets.

Trois ans après le séisme, quel est le contexte en Haïti ? Peut-on considérer que l’urgence est définitivement derrière nous ?

On peut constater aujourd’hui que les choses ont évolué en Haïti et notamment à Port-au-Prince. Ne serait-ce que l’absence dans les rues des tonnes de gravats et de débris suite au séisme.

Mots clés: 

République démocratique du Congo : les évêques lancent un appel à la cohésion nationale et à la défense de l’intégrité du territoire

13 décembre 2012
par 
Khoudia Ndiaye, agente de communications et Serge Blais, chargé de programmes pour l'Afrique
Le PAM et Caritas fournissent les premiers secours aux Congolais déplacés par la guerre dans le camp de Mugunga 3. Photo : Taylor Toeka/Caritas Goma

Le conflit en République démocratique du Congo (RDC) s’enlise faisant des civils les principales victimes. Le gouvernement congolais du président Joseph Kabila et les rebelles du M23 se sont retrouvés ces derniers jours à Kampala, capitale de l’Ouganda, afin de négocier la fin des hostilités.

Publié dans: 
Mots clés: 

Territoires palestiniens: Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien

28 novembre 2012
par 
Kelly Di Domenico, agente de communications
Les enfants de la ville de Gaza souffrent de la pauvreté, de l'exclusion et de la peur. Caritas Jérusalem croit que la reconnaissance d'un État palestinien à l'ONU paiera des dividendes de la paix des deux côtés de la frontière. Crédit: Katie Orlinsky/Caritas 2010

Les violences récentes dans la bande de Gaza ont été un rappel brutal de la fragilité de la paix en Terre Sainte. Pris entre deux feux, les civils ont subi des pertes importantes et de nombreux blessés au cours des huit jours de combats. Bien qu'il y ait actuellement un cessez-le-feu, la population continue de subir les conséquences humanitaires de la vie dans une zone de conflit, où la violence peut éclater à tout moment, et où l'insécurité plane constamment comme un frein à la possibilité d'un avenir meilleur.

Publié dans: