De retour à Montréal

7 mai 2012
par 
Guy Des Aulniers, chargé de programme pour les secours d'urgence

Geneviève et Guy dans les bureaux de l'Ocades à OuagadougouJ’écris mon dernier billet alors que je suis de retour à Montréal. L’aéroport étant fermé à Bamako, j’ai été conduit (14 heures de route) par nos amis de Caritas Mali (merci Gaston et Seydou !) au Burkina Faso voisin afin que je puisse rentrer à Montréal à partir de Ouagadougou. Là-bas, j’ai retrouvé ma collègue Geneviève qui travaillait avec l’Organisation catholique pour le développement et la solidarité – OCADES Burkina – afin de lancer les activités liées à la distribution alimentaire (formation du personnel au niveau des diocèses, appel d’offres, etc.).

Théodore Togo, Secrétaire national de Caritas Mali, Mgr Jean Zerbo, archevêque de Bamako et Guy Des AulniersLa veille de mon départ, j’ai rencontré l’archevêque de Bamako, Monseigneur Jean Zerbo. « L’apparition d’éléments liés au radicalisme dans le nord du pays a certainement compliqué la situation. Ces groupes viennent s’ajouter aux trafiquants de drogue et d’armes et aux indépendantistes. Nous, représentants de la communauté catholique, ainsi que les responsables des communautés musulmane et protestante, avons lancé un appel au calme, à la solidarité et à la prière ». Il nous racontait aussi qu’il avait dû annuler les activités du Centre de formation pour plutôt réserver l’endroit pour accueillir des familles chrétiennes fuyant le conflit au Nord. « L’autre jour, j’ai été visiter les familles qui étaient dans le dénuement total. Ils ont dû fuir en laissant tout derrière eux. Les parents s’énervaient de voir les enfants courir et se chamailler dans l’exiguité des lieux, j’y ai vu un signe d’espoir : ces enfants qui ne se connaissaient pas, jouent maintenant ensemble et reconstruisent la vie. C’est cette confiance qui doit nous guider. C’est la résurrection ». Je n’ai pas le talent pour vous rendre l’émotion qui régnait dans son bureau. Dans le contexte où même au moment de notre entretien nous entendions toujours des tirs et que la femme de Gaston Goro (chargé des urgences à Caritas Mali) l’appelait pour lui dire que des affrontements étaient en cours dans leur quartier, ce message d’espérance nous a ému et bouleversé.

Développement et Paix lance actuellement une campagne pour contrer la crise alimentaire et humanitaire que vit le Sahel. Merci de contribuer.

L'équipe de Caritas Mali et Caritas Bamako