Publié le 12 Avr 2022

En deuil d’une tragédie à Marioupol

Une attaque d’un char russe contre ce centre Caritas à Marioupol, en Ukraine, a coûté la vie à sept personnes. (Caritas Marioupol)

Alors que Marioupol, en Ukraine, commence à peine à devenir accessible, une nouvelle déroutante est tombée hier au sujet d’une attaque dévastatrice dans la ville le 15 mars 2022 contre le centre Caritas. Sept personnes, dont deux membres du personnel, auraient perdu la vie, et le bâtiment aurait subi des dommages importants.

En condamnant fermement cette dernière atrocité, Carl Hétu, directeur général de Développement et Paix – Caritas Canada, déclare : « Nous sommes unis dans la douleur avec toute la famille Caritas. Notre chagrin et notre indignation ne font que renforcer notre conviction en faveur de la paix et redoubler notre solidarité avec le peuple ukrainien. »

Développement et Paix se joint au Cardinal Luis Antonio Gokim Tagle, président de Caritas Internationalis, dans son appel à la communauté internationale pour « mettre fin à cette violence », exprimé dans l’entretien suivant avec Alessandro Gisotti de Vatican News :


« Cette nouvelle dramatique laisse la famille Caritas horrifiée et choquée. Nous nous associons à la douleur et à la solidarité avec la souffrance des familles et de nos collègues de Caritas Ukraine qui vivent cette tragédie ». C’est par ces mots que le Secrétaire général de Caritas Internationalis, Aloysius John, a exprimé ses condoléances pour la mort de deux travailleurs de Caritas Ukraine à Marioupol. Selon les sources locales de Caritas, le 15 mars dernier, un char russe a tiré des coups de feu sur le centre Caritas de Marioupol, tuant deux employés et cinq membres de leurs familles qui s’étaient réfugiés dans le bâtiment. La nouvelle a été communiqué lundi 11 avril. « Nous avons besoin de votre solidarité et de vos prières pour les familles des victimes », a déclaré quant à elle la présidente de Caritas Ukraine, Tetiana Stawnychy. Le cardinal Luis Antonio Tagle, président de Caritas Internationalis, souligne au micro de Radio Vatican la valeur du témoignage de ceux qui aident le peuple ukrainien au péril de leur vie.

Le centre Caritas de Marioupol a été détruit. Au moins sept personnes sont mortes, dont deux femmes membres du personnel. Quels sont vos sentiments à l’égard de cette tragique nouvelle ?

Je ressens une profonde tristesse et un choc à l’annonce de l’attaque qui a entraîné la perte de vies humaines. Caritas Internationalis exprime sa plus profonde sympathie et sa proximité aux familles de ceux qui ont perdu la vie et de ceux qui ont été blessés. Notre tristesse se transforme en un appel à la communauté internationale pour qu’elle mette tout en œuvre afin de mettre fin à cette violence, de renouer le dialogue et de reconnaître chaque personne comme un frère et une sœur.

Qu’avez-vous envie de dire aux femmes et aux hommes qui, chaque jour, au risque de leur vie, font de leur mieux pour aider le peuple ukrainien ?

Aux femmes et aux hommes qui risquent leur vie, nous adressons un mot de sincère gratitude. Vous faites une action sainte, une œuvre sainte ! Pour chaque bonne action accomplie de manière désintéressée, vous semez des graines de vérité, de justice, d’amour et de paix qui changeront le monde. Dieu veillera à ce que vos efforts ne soient pas vains. Vos efforts porteront leurs fruits.

Que pouvons-nous faire pour honorer le sacrifice de ces travailleurs humanitaires de Caritas et de toutes les victimes de cette terrible guerre ?

Nous honorons le sacrifice des travailleurs humanitaires en priant pour eux et pour leurs familles. Nous croyons que Dieu entend le cri des pauvres et des justes. Nous leur rendons hommage en affirmant la valeur du service rendu par les organisations humanitaires, qui doit être respecté. Nous les honorons en priant Dieu et en appelant les personnes de bonne volonté à penser et à travailler pour la paix.