Hommage à une vie vouée à la justice sociale

18 octobre 2012
par 
Anne Catherine Kennedy, chargée de programmes pour le Brésil et Kelly Di Domenico, agente de communications

Le 20 octobre, la Commission pastorale de la terre (CPT) , partenaire de Développement et Paix au Brésil, rendra hommage à Dom Tomás Balduino.

Mgr Balduino, qui aura 90 ans en décembre, est une source d’inspiration pour le mouvement de justice sociale au Brésil. En effet, son engagement profond envers les plus démunis l’a amené à créer la CPT et a ainsi devenir son premier président. Aujourd’hui, la CPT constitue l’une des plus grandes organisations de défense du droit à la terre au Brésil.

La Commission a été mise sur pied en 1975 pour aider des paysans à défendre leur droit à la propriété terrienne, alors qu’on menaçait de confisquer leurs terres à des fins industrielles. À l’époque, Dom Tomás était évêque du diocèse de Goiás, une région fertile du Brésil où l’agriculture industrielle et l’élevage du bétail monopolisent une grande part des terres et nuisent à l’environnement. Le Cerrado, dont la biodiversité est une des plus riches au monde, fait partie des endroits menacés.

La CPT, une commission pastorale officiellement créée par la Conférence des évêques catholiques du Brésil, a pour mandat de défendre les droits d’accès à la terre et de protéger toute forme de vie se trouvant sur cette dernière; de promouvoir les droits d’accès à l’eau potable; et de lutter pour les droits de la personne. Elle réalise sa mission en plaidant pour la souveraineté alimentaire et pour l’adoption de lois qui soutiennent les paysans et les petits fermiers brésiliens. Elle mène aussi des batailles juridiques au nom d’habitants de régions rurales qui ont subi des violations des droits de la personne, généralement aux mains de grands propriétaires terriens engagés dans l’agriculture industrielle.

C’est d’ailleurs en défendant les droits de la personne en région rurale que la CPT a entamé sa lutte contre l’esclavage moderne au Brésil. En effet, on estime que 25 000 travailleurs ruraux sont asservis chaque année dans ce pays. D’abord attirés par la promesse de trouver un emploi dans des exploitations bovines éloignées, des plantations de coton et de soya, ou des sites d’exploitation forestière, ces ouvriers sont ensuite forcés à travailler pour un salaire minime, voire inexistant.

Développement et Paix a d’abord établi des liens avec la CPT dans les années 1970, pour ensuite appuyer les projets de l’organisation depuis 1993.

Aujourd’hui, Dom Tomás est devenu évêque émérite de Goiás et agit à titre de conseiller permanent auprès de la CPT. Grâce à sa passion pour la réforme agraire, la sécurité alimentaire, la préservation de la biodiversité et la protection des droits de la personne, il a inspiré la création d’autres groupes de justice sociale au pays, y compris le Mouvement des travailleurs sans terre du Brésil, aussi partenaire de Développement et Paix. En outre, le travail de Développement et Paix au Brésil repose largement sur une conviction profonde de Dom Tomàs : protéger les populations des campagnes, c’est aussi protéger la nature, et vice versa.

Développement et Paix se joint à la CPT pour rendre hommage à Dom Tomás, dont l’héritage contribue sans cesse à améliorer la vie des plus démunis.