La Bolivie dans notre assiette

30 juillet 2018
par 
les stagiaires du groupe QSF en Bolivie
Québec Sans Frontières - QSF Bolivie 2018

Huit jeunes québécoises effectuent actuellement un stage d’initiation à la solidarité internationale en Bolivie dans le cadre du programme Québec sans frontières (QSF). Elles appuient un partenaire de Développement et Paix – Caritas Canada, le Centro de Promoción y Salud Integral (CEPROSI), à La Paz.

Le CEPROSI est un organisme à but non-lucratif qui intervient, depuis plus de 30 ans, auprès des femmes et des familles vivant à La Paz et à El Alto. Il a pour mission de promouvoir la santé intégrale auprès des femmes et des familles de ces secteurs par le biais d’actions éducatives, de communications et d’actions de plaidoyer.

Durant toute la durée de son séjour, le groupe nous partagera ses expériences. Dans ce texte, vous pourrez vous imaginer goûter aux saveurs qui rythment le quotidien des stagiaires!

La Bolivie dans notre assiette

Les premiers rayons de soleil apparaissent et les femmes placent minutieusement leurs produits frais à vue de celles et ceux qui tout comme elles, ont l’amour des bons produits. Les gens se frayent un chemin dans les rues bondées de la ville; évidemment c’est jour de marché comme tous les jours à La Paz. Aux coins de rue, on peut apercevoir autant des commerçantes de chaussures que des vendeuses de produits artisanaux et bien sur les marchandes de nourriture. Dans les marchés, ce sont d’abord vos oreilles qui s’éveilleront aux bruits étourdissants de la ville et de ses habitants qui échangent avec énergie sur le prix des produits. Une fois le chaos assimilé, vos yeux s’émerveilleront devant les fruits et légumes qui s’étalent à perte de vue, et devant les couleurs des vêtements traditionnels qu’arborent fièrement les Boliviennes et Boliviens. En continuant de vous attarder dans le marché Rodriguez, comme nous, vous serez surement envieux de la proximité qu’ont les paceñas et paceños avec les vendeuses qui au quotidien assurent l’alimentation de base composée d’une très grande variété de pommes de terre, de riz et de maïs. En revanche, détrompez-vous, les fruits ne sont jamais très loin! En effet, il faut absolument souligner la présence de petits kiosques de jus de fruits situés à presque chaque coin de rue. Nous avons eu un coup de cœur pour le jus aux fruits de la passion; il est terriblement exquis!

Quand vient midi!

De la soupe d’arachides, de la soupe de quinoa, de la soupe de légumes; de la soupe en veux-tu, en v’là! À table, vous verrez que le repas est servi en deux temps; en premier lieu, votre maman déposera une délectable soupe sous vos yeux, et bien souvent c’est dans ce plat qu’on retrouve le plus de légumes. Celle-ci sera suivie du repas principal : l’almuerzo (diner). Ce dernier est composé en majeure partie de féculents et de viande apprêtés avec soin. Une fois la dégustation terminée, il est bien important de remercier chacun des membres présents à table en clamant Gracias, Buen provecho! (Merci, Bon appétit!) Bien qu’en été les légumes sont plus visibles dans les assiettes, vous observerez qu’ils ne sont pas prédominants dans le quotidien des habitants de la capitale. Cela peut être attribuable au manque de connaissances nutritionnelles, la situation socioéconomique ainsi qu’aux horaires chargés de travail qui encouragent davantage la consommation de repas copieux et consistants au détriment de légumes. Cependant votre maman bolivienne sera toujours aux petits soins afin que vous ne manquiez de rien!

Mais où se trouve donc le McDonald’s ?

Habituées de voir les grands « M » dorés qui transcendent les paysages urbains du Canada, vous serez surpris d’apprendre que depuis 2002, la populaire chaine de restaurants ainsi que plusieurs autres chaines américaines ont déserté la Bolivie. La faible présence de restauration rapide contribue à diminuer la consommation de produits transformés, et permet ainsi de préserver davantage les traditions culinaires boliviennes. Toutefois, on ne peut ignorer la forte présence de friture et de gras ajouté dans certains plats traditionnels, dont le Chicharon (Porc frit) et le Pique Macho. Ce dernier, cousin de la poutine, demeure en revanche très savoureux et peut rassasier lors des plus grandes faims! Toutefois, si l’envie de manger des légumes vous prend, vous pourrez vous rendre dans l’un des multiples restaurants végétariens et végétaliens où d’ailleurs nous nous sommes données à cœur joie dans la dégustation de cette cuisine encore méconnue, mais gagnant en popularité en Bolivie.

Parlant de cuisine méconnue, nous espérons que nous aurons attisé votre curiosité pour cette nourriture andine qui est au cœur de la culture bolivienne et qui a su à travers le temps rassembler maintes familles. D’ailleurs, quand on y pense bien, nous aussi, à l’image d’une petite famille éphémère nous nous sommes regroupées autour d’un même intérêt soit l’alimentation et la nourriture que nous continuerons d’ailleurs à déguster, humer et saliver dans les prochaines semaines. En espérant vous revoir très bientôt autour d’un bon repas santé. ¡Hasta Luego!

(Crédit photo : © Maryse Pilon)