La Bolivie devient le quatrième État à ratifier le nouveau traité international sur les travailleuses et travailleurs domestiques

5 décembre 2012
par 
Mary Durran, chargée de programmes pour l'Amérique latine
La plupart des travailleuses domestiques de la Bolivie, qui ont tout à gagner du nouveau traité, sont des femmes autochtones.

Le 20 novembre 2012, la Bolivie est devenue le quatrième État à ratifier formellement la nouvelle Convention n° 189 de l'Organisation internationale du Travail (OIT) sur le travail décent pour les travailleuses et travailleurs domestiques. Adoptée par l'OIT le 16 Juin 2011, la Convention n° 189 a été célébrée par les travailleuses et travailleurs à travers le monde comme le symbole d’un véritable changement dans la vie d'au moins 100 millions de travailleuses et travailleurs dans le monde. « Ce nouveau traité bénéficiera à 137 000 travailleuses et travailleurs domestiques en Bolivie », a déclaré dans un communiqué la Fédération des travailleuses domestiques (FENATRAHOB), un partenaire de Développement et Paix.

« Avec la ratification par La Paz de ce traité international, nous allons protéger les droits minimaux des travailleurs domestiques en Bolivie et dans le monde. » La Bolivie est le quatrième pays à ratifier le traité (après l’Uruguay, les Philippines et l'île Maurice), et la quatrième ratification déclenche son entrée en vigueur pour les 183 membres de l'OIT, y compris le Canada. Les États qui ratifient le traité s’engagent à s'assurer que leurs lois nationales soient conformes à ses dispositions.

Le traité prévoit que les travailleurs domestiques qui s'occupent des familles et des foyers aient les mêmes droits fondamentaux que ceux accordés aux autres travailleurs. Cela signifie des heures de travail raisonnables, un repos hebdomadaire d'au moins 24 heures consécutives, la protection contre les abus ou le harcèlement, une limite imposée aux paiements en nature, de l'information claire sur les modalités et conditions d'emploi et le respect des principes et droits fondamentaux au travail, incluant la liberté d'association et le droit à la négociation collective.

La ratification de ce traité est une étape importante dans la lutte menée par les organisations boliviennes, dirigées par FENATRAHOB, dans la défense des droits et de la dignité des travailleurs domestiques. Ces travailleurs proviennent de milieux pauvres et ruraux et travaillent dans des familles riches. Dans de nombreux cas, les travailleurs domestiques, généralement des femmes, manquent d’éducation et parfois ne parlent même pas espagnol. La grande majorité provient des groupes autochtones, une partie de la population qui a toujours été marginalisée par les élites métisses qui ont un contrôle économique sur le pays.

La première victoire de FENATRAHOB dans cette longue lutte a été l'approbation en 2003 par l'assemblée législative de la loi 2450 qui reconnaît les droits fondamentaux des travailleuses et travailleurs domestiques. Le gouvernement actuel d'Evo Morales, qui est arrivé au pouvoir en 2006, a lancé un processus de réforme constitutionnelle qui a conduit à des gains importants pour la majorité indigène et les droits des femmes.

« La ratification de la Convention n°189 de l'OIT est un pas de plus dans le combat pour la justice envers les travailleuses et travailleurs domestiques », a déclaré Prima Ocsa, membre de l’exécutif de FENATRAHOB à Développement et Paix en octobre 2012. Avant d’ajouter que « cela signifie que notre lutte est une question internationale. »