Les droits humains et la dignité humaine au coeur de la reconstruction

Dans Urgences
10 mars 2015
par 
Marianne Drouin, agente de communications

Après le séisme de 2010 en Haïti, l’aide humanitaire a afflué en masse dans le pays. Cependant, l’aide n’a pas toujours été apportée de façon à respecter les droits humains. Dans certains cas, l’aide était distribuée dans de mauvaises conditions : les gens devaient faire la file pendant des heures pour recevoir de l’aide alimentaire, ou encore, les besoins réels des populations n’étaient pas pris en compte.

Cependant, Développement et Paix a toujours considéré comme prioritaires les droits humains et la dignité humaine dans le processus de reconstruction en Haïti; comme un élément transversal autant de l’aide humanitaire que de notre programme de reconstruction et de développement.

La vidéo suivante laisse la parole aux partenaires de Développement et Paix dans la reconstruction post-séisme en Haïti, et le rôle qu’ils ont joué dans la promotion des droits humains et de la dignité humaine.



Le travail du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), un organisme que soutient Développement et Paix, a permis de rapporter et de documenter les cas de violations des droits humains dans les interventions humanitaires en Haïti, et d’intervenir pour rétablir le respect des droits des victimes. Le RNDDH s’est penché notamment sur les conditions de vie des personnes déplacées, qui vivaient sous les tentes, pour produire des rapports publics avec des recommandations.

La société civile, en ce sens, a un important rôle dans la défense des droits humains : « Il faut qu’elle joue son rôle non seulement de proposition, de dénonciation quand les choses vont mal, de pression sur les structures étatiques pour que le travail soit fait », soutient Claudette Werleigh, ex-première ministre d’Haïti, ancienne ministre des Affaires étrangères et fondatrice de l’Institut de technologie et d’animation (ITECA).

L’ITECA, un organisme que soutient Développement et Paix, a encouragé les victimes du séisme à retourner chez elles après le séisme, « pour que les gens ne soient pas coupés totalement de leur milieu et qu’ils puissent recommencer leurs activités de production agricole », explique Mme Werleigh. Alors que certaines organisations ont investi beaucoup dans les abris temporaires ou transitoires et que des « villages de tentes » s’installaient, ITECA a plutôt choisi d’investir dans des habitations durables et solides.

Développement et Paix appuie également de nombreux partenaires en Haïti qui travaillent à la défense et la promotion des droits humains ou qui considèrent la dignité humaine comme fondamentale. Nommons entre autres le Centre œcuménique des droits humains, le Foyer Maurice-Sixto et la Fondation haïtienne pour le relèvement et le développement.

Mots clés: