Les parades au sommet

Dans
7 août 2019
par 
les stagiaires du groupe Québec sans frontières en Bolivie

Sept jeunes Québécoises et Québécois effectuent actuellement un stage d’initiation à la solidarité internationale en Bolivie dans le cadre du programme Québec sans frontières (QSF). Ils participent aux activités du CEPROSI, le Centre de promotion et de santé intégrale, partenaire de Développement et Paix – Caritas Canada.

La mission du CEPROSI est de promouvoir la santé globale et de faciliter l'accès aux soins de santé de la population des zones périurbaines de La Paz. Dans le cadre de son programme, le CEPROSI effectue la promotion de la loi 775 et organise diverses activités favorisant la saine alimentation. Les stagiaires participent à ce projet. Au courant de leur séjour, le groupe nous partage le récit de leurs expériences.

À 3 600 mètres du niveau de la mer se trouve La Paz capitale administrative de la Bolivie. On remarque vite que les fêtes de quartier sont présentes chaque fin de semaine. Des multiples répétitions sont notables tout au long de l’année afin de préparer le prochain grand évènement. Une variété de couleurs sont au rendez-vous à travers leurs excentriques costumes. Plusieurs membres de nos familles d’accueil participent aux multiples parades dansantes au rythme de la musique bolivienne. 

parade en Bolivie

Lors de notre passage par le musée de la culture dans le cadre d’un vendredi culturelle. Nous avons appris davantage sur les personnages qui sont incarnés par les participants. Mon personnage préféré est l’ourse blanc qui ressemble à un monstre andin. Ce costume est doté de poils blancs avec un masque coloré, il est très lourd et chaud. On le retrouve dans les nombreuses parades souvent incarnées par des hommes de taille grande.

Nous avons participé à deux grandes parades soit le Gran poder; fête religieuse catholique où toute l’énergie part sous forme d’offrande à Dieu. Les offrandes prennent une place très importante dans la culture andine. En effet, les paceños font une fusion du catholicisme avec la religion autochtone. La deuxième c’est La entrada estudiantil; comme son nom le dit, c’est pour célébrer l’entrée académique de l’université. Chaque faculté universitaire et chaque école secondaire vont s’organiser afin de montrer une danse traditionnelle pendant la parade. Bref, ces deux évènements bloquent le grand boulevard du centre-ville soit el Prado. Cette occupation peut durer 24 heures où on retrouve des petits commerces ambulants pour fournir les spectateurs en nourriture, alcool, divertissements.  

L’énergie positive qu’on ressent lorsque nous sommes témoins de ces évènements est incroyable. On apprécie chaque seconde en regardant les mouvements et les couleurs. Nous comprenons que ces deux évènements sont le produit de plusieurs mois de préparation. On comprend l’importance de la culture pour les Boliviens. Les personnes qu’on a rencontrées nous ont transmis leurs nombreux souvenirs d’enfance lorsqu’ils ont participé à des parades. Même si les parades n’ont pas d’âge pour participer.