Les personnes déplacées au Mali pourront-elles un jour rentrer à la maison ?

22 août 2012
par 
Kelly Di Domenico, Agente de communications
Le pasteur Cissé avec des enfants déplacés du nord du Mali

Lors de mon dernier jour au Mali, je suis allée rendre visite à un centre de Bamako qui héberge 16 familles déplacées (98 personnes) qui ont fui le nord du pays en raison de conflit. Les groupes rebelles ont pris le contrôle de plusieurs villes et ont déclaré l'indépendance de cette région du nord, qui s'étend vers le désert. De plus, certains des groupes rebelles transforment le territoire en un état islamique fondamentaliste en imposant la charia. Ils ont profané des églises et même détruit d’anciennes mosquées qu'ils considèrent comme idolâtres. La violence et l'anarchie que ces groupes ont apportées à la région ont forcé des milliers de personnes à fuir, soit en traversant la frontière dans les pays voisins ou en voyageant vers le sud, où le gouvernement malien est toujours en contrôle.

La plupart des familles qui demeurent au centre sont chrétiennes et se sentent menacées par cette vague de changement qui n'existait pas auparavant au Mali, un pays où 90% de la population est musulmane, mais où musulmans et chrétiens ont coexisté pacifiquement pendant des siècles. "Les rebelles ont pillé les églises. Pour nous, chrétiens, nous n'avons pas la liberté de pratiquer notre foi», a dit pasteur Aziz Cissé, qui séjourne sur le site et aide à coordonner les activités là-bas. Le centre, qui appartient à l'Archidiocèse de Bamako, a été consacré aux familles par l'archevêque, qui leur a dit qu'elles pouvaient y rester aussi longtemps que nécessaire. Avec aucune fin en vue pour le conflit dans le Nord, et des discussions autour d'une éventuelle intervention militaire, cela pourrait durer très longtemps. Pourtant, pour beaucoup de ceux qui sont au centre, tout ce qu’ils souhaitent, c’est de rentrer à la maison.

«Dès que je saurai qu’il y a la paix, j’y retournerai. Mon cœur n'est pas tranquille. Mon cœur est calme quand je suis chez moi », m'a dit Tawad Walet Infa. Cette mère de neuf enfants a fui sa maison à Tombouctou après avoir entendu des coups de feu qui approchaient. «J'ai eu le temps de mettre ma plus jeune fille sur mon dos et en prendre une autre par la main. Nous sommes partis avec rien sauf un thermos d'eau », me dit-elle. Elle et ses enfants ont marché 22 km jusqu’à la rivière où une pirogue avait été organisée pour mener les familles en sécurité dans le sud. "J'ai perdu mon entreprise et ma maison est maintenant occupée par des étrangers." Tawad vit maintenant avec ses neuf enfants dans une petite pièce normalement utilisée comme chambre d’invités pour une ou deux personnes. Elle utilise un espace étroit sur le porche comme cuisine. Elle est tout de même reconnaissante d’avoir cet espace minuscule. «Si les catholiques ne nous avaient pas prêté cet endroit, que serions-nous devenus?"

En discutant avec Tawad et le pasteur Cissé, j'ai réalisé que cette nuit-là, j’embarquerais dans un avion pour rentrer à la maison, parcourant des milliers de kilomètres pour retrouver famille et amis, alors qu’eux ne pouvaient même pas effectuer le voyage de retour vers leurs maisons à quelques centaines de miles de là, et que le concept de la maison elle-même était en train de devenir un souvenir du passé. «Nous sommes comme des orphelins sans mère et sans père. Nous nous sommes retrouvés dans une jungle. Il n'y a pas d'État, nous ne pouvons pas revenir en arrière ", a déclaré le pasteur Cissé.

Caritas Mali, qui fournit de la nourriture et d'autres nécessités comme des médicaments à ceux qui séjournent au centre, étudie actuellement comment elle peut aider les familles à s’installer à plus long terme. «Nous voulons retourner, mais nous ne pouvons pas. Nous devons nous intégrer, nous devons créer des ouvertures », m'a dit pasteur Cissé. C'est une réalité qui est difficile à accepter, surtout quand la maison est si proche et pourtant si loin.