Mgr Oscar Romero bienheureux

25 mai 2015
par 
Myriam Antaki, Webmestre

Myriam Antaki était au Salvador pour assurer la couverture de l'événement. Ce billet fait suite à celui du 22 mai : San Salavador à la veille de la béatification d'Oscar Romero.

Les événements pour la béatification de Mgr Oscar Romero à San Salvador ont commencé vendredi soir avec une procession de lumière qui s'est malheureusement transformée en procession de parapluies alors que la saison des pluies a commencé au Salvador. Mais la pluie n'a pas eu raison de la bonne humeur de ceux qui venaient assister à la messe célébrée par le cardinal Rodriguez Maradiaga qui vient tout juste de terminer 8 ans à la présidence de Caritas Internationalis.

« Il a été nommé archevêque et il a prodigué spécialement pour les pauvres, pour la justice, pour la paix et pour la réconciliation. Il était la voix des sans voix », a-t-il déclaré sous les applaudissements pendant son homélie. « S'ils me tuent, a-t-il-dit, je ressuciterai dans le peuple salvadorien. Ils l'ont tué et aujourd'hui il est vivant. Vivant parmi les saints du ciel pour démontrer qu'il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir. Que ça vaut la peine de se donner par amour et pour servir Dieu et son prochain. »



Le cardinal Rodriguez Maradiaga a ajouté plus tard qu'il faut : « proclamer l'enseignement social de l'Église parce qu'il est la conséquence véritable de notre amour. Notre amour n'est pas théorique, il ne se limite pas à des mots. Notre amour est une lutte pour un monde plus juste, plus fraternel, plus équitable. On peut construire la paix, mais on ne va pas la construire dans les inégalités, ni dans la culture du jetable, de l'exclusion ou pire encore, comme disait notre bien-aimé pape François, dans la globalisation de l'indifférence", a-t-il rappelé. "Mgr Romero n'a pas été indifférent. Il a senti la douleur de son peuple et il a lutté pour lui. Chacune et chacun d'entre nous doit suivre ce chemin pour que chaque jour règne encore plus cette justice sociale à laquelle nous aspirons tous. Ainsi pourrons-nous participer à son destin. »

Et le Cardinal de conclure par le souhait « que cette béatification nous motive réellement, que personne ne reste indifférent, mais au contraire, que cela paraisse que nous sommes des personnes de foi parce que nous aimons. »

Lisant ensuite le message de Caritas Internationalis pour l'occasion, le Cardinal a annoncé qu'Oscar Romero avait été choisi comme patron de Caritas Internationalis aux côtés de Saint Martin de Porrès et de la Mère Teresa.

« La figure de Mgr Romero représente pour Caritas Internationalis -comme nous l'avons demandé à l'Assemblée générale- un grand intercesseur dans le ciel parce qu'il était très dévoué au Cœur du Christ et conséquemment son cœur était rempli d'amour [de Caritas]. »

La messe a été suivie d'une vigile à laquelle ont participé les plus fervents. Alors que la plupart des gens quittaient les lieux pour rentrer chez eux, après la messe, d'autres s'étaient installés autour de la Plaza Salvador del Mundo et se préparaient à y passer la nuit sous la pluie pour être aux premières loges pour le grand événement du lendemain.


Le cardinal Oscar Rodriguez Maradiaga

Le jour de la béatification

Samedi, les parapluies se sont transformés en parasols alors que les gens continuaient à affluer de toutes les parties de la ville et du pays, ainsi que des pays voisins et du monde entier pour célébrer la vie, l'oeuvre et l'héritage de Romero. Beaucoup portaient différents t-shirts à l'effigie du martyr.

« Nous vivons un moment de triomphe de la vérité sur le mensonge, de l'amour sur le péché, sur la haine, et c'est la démonstration que Dieu se manifeste au moment opportun », a confié Rosa Maria Leal, une religieuse guatémaltèque ayant connu Mgr Romero et assisté à ses funérailles.

2600 jeunes bénévoles dont Yomara Moreno, 20 ans, étaient présents pour répondre aux questions, orienter les gens ou les diriger vers les postes de sécurité ou de santé. « Je suis très émue et heureuse que nous soyons tous ici ensemble dans cet esprit et dans cette joie. Pour moi, Mgr Romero est un exemple, une grande figure qui nous défie en tant que Chrétiens et en tant que jeunes à faire quelque chose chaque jour pour être différents. Comme il l'a fait sans se soucier des critiques et des menaces. »

La messe célébrée par le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation pour les causes des saints, était accompagnée par un choeur de 125 personnes. Les cardinaux avaient pris place sur la plateforme surélévée sur laquelle était placé l'autel. Tout autour avaient pris place les évêques, les dignitaires et les représentants du gouvernement. Il y avait là également quelque 1200 prêtres et séminaristes ainsi que des représentants de paroisses et de différents groupes sociaux.

La foule était groupée tout autour de la place et suivait la messe sur des écrans géants. Les images filmées depuis l'hélicoptère qui a survolé à plusieurs reprises m'ont permis d'apprécier le nombre de personnes présentes et la densité de la foule.


Au moment culminant de l'acte de béatification, alors que Mgr Amato déclarait Mgr Romero bienheureux, un halo solaire s'est formé dans le ciel. On aurait dit l'auréole du futur saint et nombreux sont ceux qui ont crié au miracle.
Photo : Leo Guardado

Ils ont dit

Dans une lettre envoyée à Mgr José Luis Escobar Alas, archevêque de San Salvador, le pape François a écrit: « Mgr Romero nous invite à la raison et à la réflexion, au respect pour la vie et à l'harmonie. Il est nécessaire de renoncer à "la violence de l'épée, celle de la haine" et vivre "la violence de l'amour, celle qui a laissé le Christ cloué sur une croix, celle que chacun se fait pour surmonter son égoïsme et pour qu'il n'y ait pas d'inégalités si cruelles parmi nous". »

« Son option pour les pauvres n'était pas idéologique, mais plutôt évangélique. Sa charité s'étendait aux persécuteurs », a-t-il affirmé par la suite.

Alors que le Salvador vit une profonde crise sociale et que le taux d'homicides est parmi les cinq plus élevés du monde avec des gangs qui sèment la peur dans les rues, le message du Bienheureux Mgr Romero est plus que jamais d'actualité. Plusieurs espèrent que sa béatification soit un facteur d'unité.

Comme l'a dit Mgr Maradiaga: « Il est possible d'aimer de façon désintéressée et de construire une nouvelle culture. Nous ne voulons pas que la culture de la mort se poursuive, nous voulons une culture de la vie. Et par l'intercession de Mgr Romero obtenons cette grâce et que ce pays bien-aimé du Salvador et que toute l'Amérique centrale puissent bientôt éradiquer définitivement la violence et vivre dans la paix, la justice, l'entraide et l'amour de Dieu. »

Des prêtres transportent le grand reliquaire doré contenant la chemise tâchée de sang que portait Mgr Romero sous sa soutane quand il a été abattu le 24 mars 1980 alors qu'il célébrait la messe dans la chapelle de l'hôpital où il habitait.

Voici d'autres images de la vigile et de la béatification :