Peuple autochtone menacé par un projet minier

4 juillet 2014
par 
Lawrence Townley-Smith, membre de Développement et Paix
La dirigeante tribale b'laan Erita DIalang défend sa communauté contre un projet minier prévu

Développement et Paix appuie le programme de réforme agraire du Secrétariat national pour l’action sociale (ANSEA-Caritas Philippines), qui à son tour prend en charge de nombreux projets agricoles et écologiques tels que ceux promus par le Centre d’action sociale (CAS) du diocèse de Marbel sur l’île de Mindanao aux Philippines.

Le CAS soutient la lutte des B’laan, un peuple autochtone, pour regagner le titre de propriété à leur territoire ancestral. Malheureusement, le pays abrite un important gisement d’or et de cuivre, que la multinationale Sagittarius Mining Inc. souhaite exploiter à ciel ouvert. Cela va créer une fosse pouvant atteindre 800 mètres de profondeur sur 10 000 hectares de forêt ancienne qui abrite de nombreuses espèces endémiques et menacées. On s’attend à ce que la mine réduise massivement l’approvisionnement en eau en aval des agriculteurs et entraîne un risque élevé de contamination à l’arsenic dans l’eau restante. La mine affectera l’eau dans cinq bassins versants. Quatre mille personnes seront déplacées de la zone minière et relocalisées sur des terres occupées par d’autres populations, ce qui engendrera de nouveaux conflits.

Le CAS fournit de l’aide et du soutien à des chefs tribaux comme Erita Dialang qui a dû comparaître devant les tribunaux parce qu’elle a dirigé une manifestation contre l’expulsion forcée de son peuple.