Philippines: Visite de solidarité à Mankayan

25 août 2015
par 
Geneviève Talbot, Chargée de recherche et de plaidoyer

Dans le cadre de la Conférence internationale des peuples sur l’exploitation minière, qui s’est tenue aux Philippines du 30 juillet au 1er août, j’ai eu la chance de  participer à une visite solidaire dans la ville de Mankayan, située dans la province de Benguet. Organisée par notre partenaire, le Centre pour les préoccupations internationales (Center for Environmental Concern) et la Cordilleria People alliance (CPA), cette visite m’a permis de rencontrer des personnes extraordinaires qui mènent une résistance acharnée mais pacifique face aux actions de la compagnie minière Lepanto Consolidated Mining Company.

Les activités minières ne sont pas récentes dans cette région des Philippines. En effet, depuis 1903, la province de Benguet a vu s’installer plus de 14 compagnies minières. Cependant, Lepanto est l’une des deux compagnies encore en opération à Mankayan. Ses opérations ont causés la destruction de l’environnement, le déplacement des populations et des violations des droits des travailleurs et de la population locale. La qualité de vie des communautés vivant près de la compagnie minière se dégrade un peu plus chaque jour et ceci est un résultat direct de l’activité minière dans la région.

Face à cette situation, les communautés se sont organisées et résistent. La communauté de Ballilli, par exemple, a réussi à arrêter l’expansion de Lepanto grâce à l’installation d’une barricade pendant plus d’un an. L’ensemble de la communauté a pris part à cette barricade : hommes, femmes et enfants. Lilian, une des femmes leaders de cette barricade, paye cher sa participation car, tout comme 122 autres de ses camarades, elle est maintenant poursuivie au civil et au criminel pour avoir entravé le bon fonctionnement de la compagnie minière et avoir diminué les profits de cette dernière. Mais pour les habitants de Manakayan, ce n’est pas une question de profit, mais de survie.

Comme elle le dit si bien « ce n’est pas avec l’or que nous vivons, mais grâce à la nourriture que nous cultivons et l’eau que nous buvons.  Dire non à Lepanto c’est dire oui à la vie.  La résistance n’est pas un choix, mais une nécessité. » Les activités minières contaminent l’eau, le sol et nuisent aux activités agricoles des communautés : non seulement les habitants ne peuvent plus gagner leur vie dignement, mais en plus leur santé est gravement affectée par l’exploitation minière.

Comme l’a dit si bien dit Gloria Chicaiza, de Accion Ecologica Ecuador, qui participait également à cette mission de solidarité, « les luttes de ces communautés sont justes et nécessaires car leurs richesses ne se mesurent pas en argent. Ces communautés sont riches de leurs cultures, de leur solidarité et de leur territoire. Les profits et dollars que les compagnies minières apportent à certaines personnes de la communauté ne pourront jamais compenser toute cette richesse ».