Premières impressions en sol zambien

29 juin 2014
par 
Alexandra Cadar, jeune membre de Développement et Paix

Des jeunes membres de Développement et Paix effectuent actuellement un séjour de solidarité en Zambie. Accompagnés de deux agentes de programmation jeunesse, ils rendront visite dans les semaines à venir, diverses organisations locales soutenues par Développement et Paix et partageront avec nous le récit de leurs visites et de leurs expériences.

Bwanji* Zambie! (Bonjour Zambie!). Nous y avons mis beaucoup d’énergie, d’espoir et de rêves. « Nous » désigne dix jeunes adultes engagés pour une justice sociale internationale et en provenance de tous les coins de Canada, de la Colombie-Britannique au Nouveau-Brunswick. Nous participons actuellement au séjour de solidarité en Zambie organisé par Développement et Paix. Il s’agit d’une expérience concrète qui nous permettra de mieux saisir la réalité de ce qui se cache derrière l’injustice globale et nous donnera un nouveau souffle dans la poursuite de notre engagement.

Moi, Alexandra, jeune roumaine établie au Québec depuis 9 ans déjà, je viens de toucher le sol africain pour la première fois à Lusaka, la capitale de la Zambie. Je vis, en compagnie des autres participantes et participants, un amalgame de sentiments, de saveurs et de couleurs, de misère et de merveilles sur cette terre étrangère. 

Munzungu! Munzungu! (Homme et femme de couleur blanche) Ce sont les premiers mots prononcés dans mon dos que j’ai entendu dès le premier jour ! C’est le terme utilisé par nos frères et sœurs d’ici lorsqu’on leur fait la surprise de se balader dans l’espace publique.

Nous sommes hébergés dans un endroit modeste (Mulele Mwana) situé dans le quartier Woodlands de Lusaka, tout près de la rue Kwacha, cette dernière portant le nom de la monnaie nationale. Nous avons été très bien accueillis. Quel bonheur de savourer les repas chauds et variés préparés par cinq femmes aux doigts de fée. Dès le premier jour, un plat à base de poulet accompagné de légumes nous a été servi, repas réservé habituellement et selon la coutume aux invités spéciaux. Sans oublier la traditionnelle nshima qui accompagne souvent nos repas, une sorte de pâte fabriquée à partir de farine blanche de maïs. La nshima est d’ailleurs aussi une source importante d’énergie pour les personnes les plus démunies de la Zambie.

Que dire du sol zambien de couleur cuivrée qui nourrit une si grande variété d’arbres et d’arbustes, d’animaux et, le plus important, d’êtres humains. Un sentiment de gratitude nous envahit lorsque nous prenons conscience de tous les moments que nous vivons et toutes les personnes que nous rencontrons. 

J’ai envie de crier Zincomo Kwambiri ! (Merci beaucoup) à tous les Zambiens de nous accueillir, à la Terre-Mère de nous permettre de nous épanouir, à Développement et Paix, nos familles et nos amis de nous soutenir et à Dieu de bénir et dessiner avec nous notre avenir. 

*Les termes en italique proviennent du Nyanja, un des 72 dialectes parlés en Zambie.