Quand il n'y a plus aucune graine à planter

16 août 2012
par 
Kelly Di Domenico, Agente de communications
Fulgence Savadogo devant son champ de riz

La région de Sikasso, dans le sud du Mali, est dominée par le large fleuve Niger, la rendant propice à la culture du riz. Après quelques jours de pluie ici, le fleuve est plein et prêt à irriguer les rizières rectangulaires nichées sur ses rives. Mais pour que le riz se développe, il doit y avoir des graines à planter. Et cette année, beaucoup de fermiers n’en ont pas, tout simplement parce qu'en dernier recours pour contrer la faim, ils ont épuisé leurs réserves.

Fulgence Savadogo cultive trois hectares de riz avec ses trois frères. Leurs réserves de l'année dernière se sont épuisées en février. Fulgence gagnait un peu d'argent en travaillant dans la cuisine d'une communauté religieuse dans la région. Cependant, quand un coup d'état a eu lieu en mars, les religieuses, comme la plupart des étrangers, ont quitté le Mali en raison de l'insécurité, faisant de Fulgence un chômeur sans moyens de nourrir sa famille.

Bien que le riz se vende pour un prix plus élevé au marché et puisse être une récolte plus profitable que le mil ou le maïs, il coûte également plus à produire. Les producteurs de riz encourent souvent des dettes au début de la saison pour couvrir certains coûts, tels que l'engrais et la main d’œuvre. Ils peuvent habituellement rembourser ces dettes et faire assez d’argent pour faire vivre leurs familles - à condition qu’il y ait une bonne récolte.

En dépit des pluies prometteuses qui s’en viennent maintenant, la saison a semblé sombre pour Fulgence et ses frères. Ils ont seulement eu assez de graines pour planter deux hectares, et la perte du troisième revient à réduire leur capacité de payer leurs dettes ou peut-être même en accumuler davantage. « Si je voulais planter le troisième hectare, je devrais acheter les graines à crédit, » dit-il. Grâce à un programme de distribution de semences organisé par Caritas Mali, Fulgence et ses frères n’auront pas à s’endetter davantage. Ils ont reçu assez de graines pour planter leur dernier hectare, qui est maintenant un tapis de verdure parmi les tiges des graines de riz.

Des graines de riz, et d'autres comme du mil, du maïs et du sorgho, ont été distribuées à 1,425 foyers à travers le pays dans le cadre de ce programme, donnant aux personnes comme Fulgence, la possibilité de tirer le meilleur parti de cette récolte à venir.