Une Coupe du monde pour toutes et tous

17 juin 2014
par 
Kelly Di Domenico, agente de communications
Crédit: AFP PHOTO / KARIM JAAFAR

Il suffit de très peu de choses pour organiser une partie de soccer. Un ballon et deux buts improvisés suffisent pour jouer. Cette facilité à pratiquer ce sport est probablement une des raisons qui le rend si populaire. Cependant, en observant la Coupe du monde 2014 qui se déroule actuellement au Brésil, nous devons nous demander si le soccer est encore un sport démocratique pouvant être pratiqué par toutes et tous.

La conférence nationale des évêques du Brésil vient de publier une brochure dans laquelle elle donne un carton rouge au gouvernement brésilien pour avoir ignoré les droits de certaines des communautés les plus pauvres et marginalisées du pays afin de financer la tenue de ce tournoi. Les évêques constatent une inversion des priorités. L’argent public qui aurait dû servir à financer les secteurs de la santé, de l’assainissement, du transport et de la sécurité a plutôt servi à la construction de stades. Cela a eu pour conséquence directe le déplacement forcé de communautés entières pour laisser place à ces nouveaux palaces du sport.

Au cours de la dernière année, le pays a été témoin de grandes manifestations pacifiques où le public protestait contre la hausse du coût de la vie, l’utilisation excessive des fonds publics et la corruption. Les manifestations ont parfois tourné à la violence suite à des accrochages avec la police. Les évêques demandent au gouvernement de respecter le droit de manifester et de protester paisiblement.

L’Église catholique au Brésil a également exprimé son inquiétude concernant les victimes d’exploitation sexuelle et a lancé une campagne pour prévenir la hausse potentielle du tourisme sexuel et la traite des personnes que la Coupe du monde risque de provoquer. Dans un message vidéo, le pape François a également fait part de sa volonté de voir la fête du football célébrer « la solidarité entre les peuples » et qu'elle puisse se dérouler dans la sérénité, la tranquillité et le respect réciproque.

« J’espère qu’au-delà de la célébration du sport, que la Coupe du monde puisse tourner en une célébration de la solidarité entre les peuples », a-t-il dit dans un message en portugais. Écoutez son message !