Une crise pendant une crise

8 août 2012
par 
Kelly Di Domenico, agente de communications

Après le Niger, Kelly Di Domenico poursuit sa visite du Sahel, avec un arrêt au Mali pour voir Caritas Mali à l’œuvre.

L'année dernière, quand les pluies n’étaient pas au rendez-vous pour la récolte au Mali, on pouvait déjà prédire qu'une crise alimentaire était à l'horizon. Ce qui était moins prévisible, cependant, était que le pays était au bord d'une crise politique. En février dernier, des forces rebelles ont commencé à prendre le contrôle de la partie nord du Mali, en ont proclamé l'indépendance et en ont fait un État islamique intégriste qu'ils ont nommé Azawad. Les accusations selon lesquelles le gouvernement n’a pas agi efficacement contre les rebelles ont conduit à un coup d'état en mars dernier, et il y a maintenant un gouvernement intérimaire en place. Ce nouveau gouvernement n'est toujours pas entièrement formé ni fonctionnel, et il n'est pas encore clair comment il va faire face à la situation dans le nord.

En attendant, la vie quotidienne continue et les gens sont confrontés aux réalités d'une mauvaise récolte. Alors, comment un pays qui est dans la tourmente politique, aborde-t-il les pénuries alimentaires au sein de la population? C'est là qu’une organisation comme Caritas Mali joue un rôle clé. Grâce à des liens étroits avec les communautés, elle est capable d'identifier ceux qui souffrent le plus et ainsi leur fournir de l'aide. Elle distribue de la nourriture, organise la vente de denrées alimentaires de base à des prix réduits et distribue des semences de sorte que les paysans ont quelque chose à planter maintenant que le temps est venu.

Bien que de l'extérieur, il semble que le pays stagne et est peu sûr, cette perception est douloureuse pour les Maliens. Dans la capitale, Bamako, il y a un sentiment omniprésent que la vie doit continuer, et c'est exactement ce qui se passe. Chez Caritas Mali, il y a un bourdonnement d'activité, alors que les agents des programmes d'urgence de partout dans le pays sont venus se rencontrer pour faire le point sur la façon dont les activités se déroulent dans leurs communautés. Il est clair que la préoccupation est de veiller à ce que la crise politique ne vienne pas aggraver le sort de ceux qui vivent déjà une crise alimentaire.