Une maison résistante aux séismes pour la centenaire Thiramaya

Dans Urgences
20 avril 2016
par 
Khoudia Ndiaye

Le jour du tremblement de terre au Népal en 2015, Thiramaya Garti Chetri était couchée seule sur un matelas devant sa maison, alors que sa fille travaillait aux champs. Thiramaya a 103 ans et vit à Thokarpa-7, Sindhupalchowk. Tout à coup, elle a entendu un son très fort et elle a tout d’abord cru qu’il s’agissait d’un hélicoptère qui volait très bas, au-dessus de sa maison – ce qui sortait de l’ordinaire. N’étant plus capable de se déplacer par ses propres moyens, ce sont des amis qui la transportent d’un endroit à l’autre. Malgré cela, elle a tenté en claudiquant de voir cet hélicoptère. C’est à ce moment précis que sa maison s’est effondrée. Elle a tout de suite compris qu’elle venait de survivre à un tremblement de terre.

© Matthieu Alexandre/Caritas. Thiramaya Gharti Chhetri, 103 a survécu à deux tremblements de terre qui ont frappé le Népal en 2015 et un en 1934. Sa maison a été détruite et elle a reçu l’aide de Développement et Paix. 

Quelques jours après le séisme du 25 avril, Développement et Paix – Caritas Canada a lancé un appel d’urgence conjoint avec la Conférence des évêques catholiques du Canada, afin de recueillir des fonds pour aider les personnes sinistrées comme Thiramaya à s’en sortir après ce désastre. Les survivants avaient essentiellement besoin d’un abri, quel qu’il soit. Que leur maison se soit effondrée ou qu’elle ait été endommagée ou parce qu’ils avaient trop peur de dormir à l’intérieur suite à l’éventualité d’une nouvelle secousse, les familles bravaient les éléments et dormaient dehors.

Thiramaya a eu beaucoup de chance de survivre au séisme de 2015 qui a provoqué la mort de 9 000 personnes, mais elle y a perdu sa maison et de nombreux biens. Développement et Paix a distribué des couvertures, des matelas, des kits de cuisine, des pastilles de purification de l’eau et des articles d’hygiène personnelle peu après la catastrophe. On lui a aussi fourni des plaques de tôle ondulée pour se construire un abri temporaire.

Grâce à la grande générosité des Canadiennes et des Canadiens, Développement et Paix a recueilli 4,8 millions de dollars qui permettront d’aider les Népalaises et les Népalais à reconstruire leur vie. Étalé sur trois ans, ce programme vise à aider les personnes sinistrées à retrouver une vie stable en leur fournissant des abris, de l’argent contre du travail, en rétablissant l’approvisionnement en eau et les installations sanitaires et d’hygiène. L’accent est aussi mis sur la sécurité avec un investissement dans l’édification de la résilience des communautés face aux catastrophes à venir et une formation sur les questions de protection. Le programme vise également à favoriser la relance agricole et économique et porte une attention particulière à la lutte contre le trafic d’êtres humains.

À travers ce programme Thiramaya va recevoir une maison résistante aux séismes et elle aura un accès sûr à l’eau potable et aux installations sanitaires.

© Matthieu Alexandre/Caritas. Développement et Paix ainsi que ses partenaires du réseau Caritas engagés dans le pays, ont distribué des couvertures, des matelas, des kits de cuisine, des pastilles de purification de l’eau et des articles d’hygiène personnelle peu après la catastrophe. 

Thiramaya est une survivante à plusieurs points de vue. Elle a survécu à son mari, qui avait aussi une femme plus jeune également décédée, ainsi qu’un de ses fils. Ce n’est pas son premier tremblement de terre. Elle se rappelle de la destruction massive provoquée par le séisme de magnitude 8.0 au Népal-Bihar en 1934.

Elle est reconnaissante de l’aide qu’elle a reçue, mais elle n’a qu’un seul souhait : « Avant de mourir, si je pouvais voir une maison reconstruite pour ma fille, j’en serais très heureuse et je pourrais reposer en paix. »