Justice économique

L’économie doit être au service des gens, et non l’inverse. Toutes les personnes ont droit à un travail digne, et à un salaire et à des conditions de travail équitables. Le travail est plus qu’un simple moyen de gagner sa vie : c’est une forme de participation continue dans la création de Dieu.

L’interconnexion mondiale a fait surgir un nouveau pouvoir politique, celui des consommateurs et de leurs associations. C’est un phénomène sur lequel il faut approfondir la réflexion: il comporte des éléments positifs qu’il convient d’encourager et aussi des excès à éviter. Il est bon que les personnes se rendent compte qu’acheter est non seulement un acte économique mais toujours aussi un acte moral. Le consommateur a donc une responsabilité sociale précise qui va de pair avec la responsabilité sociale de l’entreprise. Les consommateurs doivent être éduqués en permanence sur le rôle qu’ils jouent chaque jour et qu’ils peuvent exercer dans le respect des principes moraux, sans diminuer la rationalité économique intrinsèque de l’acte d’acheter. Dans ce domaine des achats aussi, surtout en des moments comme ceux que nous vivons, où le pouvoir d’achat risque de s’affaiblir et où il faudra consommer de manière plus sobre, il est opportun d’ouvrir d’autres voies, comme par exemple des formes de coopération à l’achat, telles que les coopératives de consommation, créées à partir du XIXe siècle grâce notamment à l’initiative des catholiques. Il est en outre utile de favoriser de nouvelles formes de commercialisation des produits en provenance des régions pauvres de la planète afin d’assurer aux producteurs une rétribution décente, à condition toutefois que le marché soit vraiment transparent, que les producteurs ne reçoivent pas seulement des marges bénéficiaires supérieures mais aussi une meilleure formation, une compétence professionnelle et technologique et qu’enfin des idéologies partisanes ne soient pas associées à de telles expériences d’économie pour le développement. Il est souhaitable que, comme facteur de démocratie économique, les consommateurs aient un rôle plus décisif, à condition qu’ils ne soient pas eux-mêmes manipulés par des associations peu représentatives. (Pape Benoit XVII, Caritas in veritate, 66)

Exemples en action :

Plutôt que de dépenser de l’argent pour expédier des colis du Canada, les articles utilisés pour les secours d’urgence sont achetés localement ou régionalement, ce qui contribue à stimuler l’économie locale, en consacrant le plus d’argent possible à l’aide directe. C’est également plus écoresponsable, car le transport laisse une empreinte importante sur la planète.

Les tee-shirts que Développement et Paix commande pour le Jeûne solidaire et d’autres initiatives sont issus du commerce équitable, de la semence de coton à la confection du vêtement. Cela signifie que le personnel de production, entre autres, reçoit un salaire équitable pour son travail, a des conditions de travail sûres et n’est pas exposé à des produits chimiques industriels nocifs.

Nous soutenons le travail des coopératives, des syndicats et des initiatives de microfinance (en particulier pour les femmes) dans des endroits comme Gaza, l’Afghanistan, Haïti et les Philippines. De plus, notre personnel au Canada fait également partie d’un syndicat.