Vous ne devinerez jamais ce qui se cache dans cette tente en Irak

Lors de ma récente visite en Irak, j’ai été confronté à d’énormes souffrances psychologiques que vivent au quotidien plus de 500 000 Yézidis irakiens.1 Avec l’avancée fulgurante du groupe armé qui se fait appelé État islamique, ceux-ci ont été forcés d’abandonner leurs maisons et leurs familles pour tenter d’échapper aux violences et de survivre.

Toutes et tous ont été victimes à divers degrés des horreurs de la guerre et bon nombre d’entre eux continuent de revivre cette réalité, car ils doivent désormais composer avec des épisodes de stress post-traumatique. La grande majorité des victimes est âgée de moins de 18 ans.

Jeune déplacée Yézidi dans la région de Dahuk au nord de l’Irak

Que pouvons-nous faire pour cette jeunesse déracinée, obligée de vivre loin de sa terre dans des camps ou des abris de fortune? Que faire quand l’école la plus proche se trouve à quatre heures de marche et qu’elle ne peut accepter de nouveaux élèves faute de places?

C’est dans ce contexte que Développement et Paix, en partenariat avec Catholic Relief Services(CRS) et le Ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement (MAECD), travaille depuis plusieurs mois à la mise en place d’un projet visant à créer des centres pour l’enfance afin de donner un espace de paix à ces enfants qui en ont tellement besoin.

Cette tente permet à 240 enfants d’apprendre tout en s’amusant et de retrouver une routine dans leur vie.

Grâce à notre projet, plus de 900 enfants ont accès deux fois par semaine à une tente dont l’intérieur ressemble le plus possible à une salle de classe.

Sur place, une équipe d’intervention offre des activités aux enfants, qui leur permettent de retrouver une ambiance positive et où ils peuvent se sentir en sécurité. Chaque équipe est constituée d’au moins 50 % de femmes, car les enfants sont plus enclins à communiquer leur détresse psychologique avec elles. De plus, le personnel engagé pour gérer ces centres est aussi constitué de personnes déplacées, ce qui permet d’apporter un apport financier supplémentaire à plusieurs familles.


L’intérieur des tentes ressemble à une classe et des activités amusantes et éducatives sont offertes aux enfants.

Activités prioritaires

Grâce à l’expérience de nos partenaires avec d’autres populations déplacées, et après consultation avec la population ciblée pour ce projet lors de la phase d’analyse, nous avons choisi d’offrir cinq types d’activités pour ces centres

  • jeux récréatifs pour les enfants
  • éducation informelle, selon les groupes d’âges,
  • favorisant l’apprentissage du vocabulaire activités
  • favorisant l’esprit d’équipe activités
  • favorisant la résolution de conflits de façon pacifique activités permettant de parler des situations de stress vécues par les enfants.

Activité de coloriage dans un centre pour enfance au village de Shaekadry (Kurdistan Irakien)

Ces endroits permettent aussi au personnel d’analyser la condition de chaque enfant pour lui permettre d’obtenir les soins psychologiques nécessaires. Pour l’instant, près de 50 enfants ont reçu un diagnostic de trouble de stress post-traumatique grave et ont été référés à une aide spécialisée qui pourra mieux les encadrer.

Ces centres ne doivent pas remplacer de vraies écoles, mais dans un contexte de déplacement massif de populations et de surpopulation dans les classes, ils permettent aux enfants de poursuivre leur éducation en attendant un accès permanent au système scolaire irakien. Sans cette aide-intermédiaire, c’est toute une génération d’enfants qui sont à risques de devenir analphabètes et de voir leur avenir menacé pour toujours.

Il est toujours possible d’effectuer un don pour permettre à davantage d’enfants d’avoir accès à ces centres.


Voici quelques enfants que j’ai eu la chance d’interviewer.



Sonja, âgée de 15 ans.  Elle souhaite apprendre l’arabe ainsi que l’anglais.


Lisa, âgée de 11 ans. Elle nous remercie pour l’existence de ce centre. Elle aime les activités offertes, mais voudrait recevoir des cours d’arabe.


Shamo, âgé de 12 ans. Il adore quand on lui enseigne des mots en anglais.


Randy, 12 ans, remercie les professeurs qui réussissent à lui faire oublier les « choses qu’il a vues ». Il souhaite devenir ingénieur.

1 Qui sont les Yézidis : Il s’agit d’une communauté kurdophone qui compte environ 600 000 personnes. Ils font partie des populations les plus anciennes de la Mésopotamie, où leur croyance est apparue il y a plus de quatre mille ans. Les yézidis sont persécutés par le groupe armé État islamique puisqu’ils refusent de se convertir à l’islam sunnite.