Meurtre d’un prêtre en République centrafricaine le jour du Vendredi saint

Le père Christ Forman Wilibona, un prêtre du diocèse de Bossangoa, situé au Nord-Ouest de la République centrafricaine (RCA), a été assassiné le jour du Vendredi saint. Un rapport indique qu’il était sur sa motocyclette, pris dans la circulation, lorsqu’il a été atteint de six balles par des hommes armés. Il était en route vers Paoua, où il est le prêtre de la paroisse à l’église Saint Kisito.

Le président de Caritas Centrafrique, l’archevêque Dieudonné Nzapalainga, a fortement condamné ce meurtre. Dans un communiqué publié après l’attentat, il mentionne : « Nous dénonçons et condamnons ces actes barbares d’une autre époque. Ils pourraient compromettre l’évolution vers la réconciliation nationale que nous avons tant désirée. »

L’archevêque lance un appel au gouvernement de la RCA afin de rétablir l’état de droit ainsi qu’à l’Union africaine et les forces internationales pour le désarmement des milices, pour que les gens puissent se déplacer librement à travers le pays. Il a aussi déclaré que le meurtre a suscité une recrudescence de la violence à l’égard des croyants – en particulier ceux dans le nord-ouest du pays.

Le meurtre du père Wilibona est survenu deux jours seulement après l’enlèvement de l’évêque Nestor Nongo Azagbya de Bossangoa et trois prêtres diocésains par la milice ex-Séléka à Batangafo. Ceux-ci ont toutefois été relâchés par la suite.

L’archevêque Nzapalainga a terminé en invitant « les gens de la République centrafricaine, ainsi que tous les hommes et femmes de bonne volonté à prier pour le retour de la paix et de la sécurité de notre pays et à ouvrir leurs cœurs au dialogue et à la réconciliation ».

La Centrafrique vit une crise profonde depuis plusieurs années. Afin de répondre aux besoins des personnes les plus vulnérables, Développement et Paix a versé la somme de 50 000 $ à son partenaire Caritas Centrafrique. Le projet permettra de dispenser une aide d’urgence visant à couvrir les besoins fondamentaux des personnes déplacées, à assurer la santé des personnes sinistrées et à rétablir la vie productive de centaines de familles.