Une voix pour la justice : Un ombudsman pour l’exploitation minière responsable

Le 30 septembre 2013, l’Organisation catholique canadienne pour le développement et la paix (Développement et Paix) lançait sa campagne d’action nationale, Une voix pour la justice. J’ai eu le plaisir de participer au lancement avec les représentants de nos évêques canadiens, trois évêques invités du Sud, des membres locaux et du personnel de la région de Montréal, et bien d’autres personnes qui se sont jointes à nous grâce à la webdiffusion en direct. C’était vraiment un événement formidable, mais ce n’était que le début de l’action cruciale que les membres de Développement et Paix entreprennent aux quatre coins du pays au nom de nos frères et sœurs dans le Sud.

La campagne d’action Une voix pour la justice porte sur les activités à l’étranger de sociétés minières canadiennes dont les dirigeants ne respectent ni les droits des collectivités locales, ni les règles de protection de l’environnement. Entre autres choses, notre campagne d’action appelle le gouvernement canadien à créer un poste d’ombudsman indépendant pour l’industrie extractive canadienne afin d’enquêter sur les plaintes déposées par les populations des pays du Sud affectées par les activités d’entreprises canadiennes.

Depuis le lancement officiel de notre campagne, 22 autres organisations de la société civile canadienne, membres du Réseau canadien sur la reddition de comptes des entreprises (RCRCE), nous ont rejoint dans notre mobilisation afin de veiller à ce que les victimes d’abus de la part d’entreprises extractives canadiennes à l’étranger puissent accéder à la justice au Canada. Pour en savoir plus sur cette mobilisation grandissante, consultez l’article suivant : La société civile canadienne se mobilise pour l’accès à la justice.

De plus, nous avons appris récemment que la conseillère du bureau en responsabilité sociale des entreprises, nommée il y a quatre ans par le gouvernement, a démissionné de ses fonctions. Le groupe d’experts qui accompagnait son bureau a mis fin à sa collaboration, expliquant notamment que le mandat de la conseillère n’était pas efficace.

Les évolutions récentes autour de ce dossier viennent confirmer que le gouvernement canadien se doit de proposer de vraies solutions pour assurer le respect des droits et la protection de l’environnement des populations vivant là où les compagnies canadiennes exploitent les ressources naturelles.

J’aimerais lancer aux Canadiennes et aux Canadiens d’un océan à l’autre à l’autre un appel à participer à notre campagne d’action. Je vous invite à remplir et à signer la carte d’action de la campagne et à organiser des rencontres avec vos députés locaux pour discuter de cette importante question, spécialement dans la semaine du 11 novembre prochain, semaine durant laquelle nous appelons le plus grand nombre d’entre vous à organiser de telles rencontres. Vous trouverez ici toute l’information utile à l’organisation d’une rencontre avec vos députés. Ensemble, nous pouvons véritablement être Une voix pour la justice.

Agissez maintenant ! Dites à votre député que le Canada a besoin d’un ombudsman pour une exploitation minière responsable.

En savoir plus au sujet de la campagne Une voix pour la justice. Nous vous invitons à consulter périodiquement notre site Internet pour suivre les progrès de la campagne.