Contribuer au changement dans la Corne de l’Afrique

28 juillet 2011
Montréal

La situation actuelle dans la Corne de l’Afrique est le résultat d’une crise amorcée depuis déjà quelques années. Plusieurs facteurs ont rendu de plus en plus difficile l’accès à une nourriture suffisante pour les habitants de la région. Après presque trois années consécutives de précipitations insuffisantes et de sécheresse, la population souffre de faim chronique et tente d’assurer sa survie par tous les moyens. La vie est devenue d’autant plus précaire en raison de la flambée du prix des aliments et des conflits, alors que les activités de subsistance sont réduites à néant par les récoltes détruites et les troupeaux décimés.

Développement et Paix est actif de longue date dans la région et a répondu à plusieurs reprises aux crises alimentaires qui ont affligé les communautés vulnérables qui y résident ou qui y vivent. L’an dernier, nous avions déjà commencé à réagir à la situation qui se détériorait dans la Corne de l’Afrique en soutenant des projets d’aide alimentaire en Somalie et en Éthiopie.

Soutenir des activités de subsistance au Somaliland

Situé dans le nord-est de la Somalie, le Somaliland est une région indépendante moins touchée par les conflits et l’insécurité présents dans le reste du pays. Cependant, la population n’y est pas à l’abri de la pauvreté et des difficultés inhérentes à l’agriculture de subsistance. De plus, des milliers de Somaliens déplacés ont trouvé refuge au Somaliland, augmentant ainsi la demande pour le peu de ressources alimentaires disponibles. On estime que 25 % de la population de ce secteur est dans une situation critique.

L’eau joue un rôle vital dans la prospérité de ces communautés et Développement et Paix a contribué à leur assurer un meilleur accès à cette source de vie essentielle. L’an dernier, en collaboration avec Caritas Suisse et Caritas Luxembourg, Développement et Paix a appuyé des projets visant à assurer un meilleur accès à l’eau pour 35 000 personnes. On y est parvenu par divers moyens, y compris la construction de berkads, qui sont des réservoirs traditionnels d’eau de pluie.

Les berkads sont utilisées depuis plus de 60 ans en Somalie, mais afin d’améliorer leur efficacité, Développement et Paix a aidé les communautés à installer des toits sur ces citernes peu profondes afin de prévenir l’évaporation et la contamination de l’eau. Cet aspect revêt une importance particulière, car de nombreux ménages vendent l’eau aux tribus nomades pour assurer leur subsistance.

Enfin, on a construit des latrines, introduit diverses techniques de purification d’eau dans plusieurs communautés et distribué de l’information sur la prévention et le traitement du choléra, maladie courante dans les secteurs propices à la contamination de l’eau.

Aide aux populations les plus vulnérables en Éthiopie

Développement et Paix, en collaboration avec la Banque de céréales vivrières du Canada, a également organisé des activités dans la région d’Anchar Woreda, l’une des plus pauvres et des plus lointaines de l’Éthiopie afin de répondre au nombre croissant de cas de malnutrition, en particulier chez les enfants. Ainsi, des comités villageois ont ciblé les ménages les plus vulnérables de sorte que l’aide puisse rejoindre ceux dont les besoins sont les plus urgents. En tout, plus de 1 100 ménages ont reçu des produits alimentaires locaux, comme du sorgho et de l’huile, ce qui a aidé près de 5 000 personnes à traverser une période des plus difficiles et à recouvrer un état de santé suffisant qui leur permettra de retourner travailler aux champs pour la prochaine saison.

- 30 -

Pour plus d’information, veuillez vous adresser à :
François Gloutnay, agent de communications
514 257-8710 poste 318
francois.gloutnay@devp.org