Réduction du financement obtenu de l'ACDI : Forte mobilisation des membres de Développement et Paix

29 mars 2012
Montréal

Depuis qu'ils connaissent le montant que l'Agence canadienne de développement international (ACDI) versera à Développement et Paix au cours des cinq prochaines années, les membres de cet organisme de coopération internationale multiplient gestes et activités afin de manifester leur déception et faire connaître leur désaccord.

En juillet 2010, Développement et Paix a déposé une demande de 49,2 millions de dollars auprès de l'ACDI afin de financer des programmes de développement dans vingt pays. Partenaire majeur de l'ACDI depuis 45 ans, la dernière contribution reçue par Développement et Paix s'élevait à 44,6 millions de dollars. L'agence gouvernementale a indiqué qu'elle verserait plutôt, au cours des cinq prochaines années, une somme totale de 14,5 millions de dollars pour des projets dans sept pays.

La nouvelle, parvenue la veille de sa collecte annuelle, a fouetté les membres de Développement et Paix qui ont d'abord demandé aux donateurs et donatrices d'augmenter leur contribution annuelle à l'organisme. Depuis, ils acheminent des lettres à la ministre de la Coopération internationale, madame Bev Oda, au premier ministre Stephen Harper, ainsi qu'à tous les députés.

Vendredi saint, le 6 avril, des centaines de membres ont déjà indiqué qu'ils entendent jeûner et qu'ils verseront les sommes recueillies à Développement et Paix.

L'an dernier, Développement et Paix a appuyé 186 projets de développement dans 33 pays.

Fondé par les évêques catholiques du Canada en 1967, Développement et Paix a reçu ces derniers jours l'appui de plusieurs évêques qui ont exprimé publiquement leur désaccord face à ces réductions.

« Nous sommes toujours surpris par cette nouvelle. Cette réduction aura des conséquences dramatiques pour les populations pauvres de plusieurs pays que nous rejoignons grâce à nos partenaires », indique Michael Casey, directeur général de Développement et Paix.

« Il nous semble que cette décision – avec d’autres de même nature depuis quelque temps – montre que le gouvernement canadien change ses orientations dans le domaine de la coopération internationale. Cela nous préoccupe. Et cela inquiète nos 11 500 membres qui ont bien l'intention de le faire savoir. »

Développement et Paix entend participer aux débats que mènent le Conseil canadien de la coopération internationale (CCCI) et l'Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI) sur ces nouvelles orientations du programme d’aide internationale du Canada.

- 30 -

Pour plus d’information, veuillez vous adresser à :
François Gloutnay, agent de communications
514 257-8711