Des dirigeants catholiques réclament une intervention urgente pour le climat et une percée majeure dans les négociations à Paris

26 octobre 2015
Montréal

Aujourd’hui, les présidents des groupements continentaux des conférences épiscopales nationales représentant toutes les régions du monde entier ont lancé un appel pressant aux négociateurs et aux chefs d’État de la prochaine COP21 à Paris, d’œuvrer à l’adoption d’un accord sur le climat qui soit équitable, juridiquement contraignant et synonyme de véritable transformation. Mgr David Douglas Crosby, évêque de Hamilton et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada, l’a signé au nom des dirigeants catholiques au Canada.  

La déclaration est un vibrant appel à placer le bien commun avant les intérêts nationaux et à protéger notre maison commune ainsi que tous ses habitants. L’appel réitère l’importance de l’encyclique du pape François, Laudato Si. Ainsi, les signataires se joignent au « Saint-Père en plaidant pour une percée majeure lors de la COP21 de Paris, pour atteindre un accord fédérateur, global et transformationnel, et basé sur les principes de solidarité, justice et participation ».

L’entente, selon les signataires, doit limiter la hausse de la température de la planète pour éviter des répercussions catastrophiques sur le climat, en particulier sur les communautés les plus vulnérables. En se basant sur des preuves scientifiques, les dirigeants religieux reconnaissent que la dépendance excessive envers les combustibles fossiles est le principal facteur responsable de l’accélération des changements climatiques, et ils préconisent non seulement une réduction draconienne des émissions de dioxyde de carbone et d’autres gaz toxiques mais aussi la fin de l’ère des combustibles fossiles.

Formulé en dix propositions, l’appel puise dans l’expérience concrète de personnes de tous les continents, et relie les changements climatiques à l’injustice sociale et à l’exclusion sociale que subissent les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables. L’Église est témoin de la manière dont les changements climatiques affectent les communautés et les personnes vulnérables, et par conséquent les signataires réclament « que la justice sociale soit au centre de l’attention».

Cet appel a été rédigé en collaboration avec les réseaux catholiques CIDSE (Alliance internationale d’agences catholiques de développement) et Caritas Internationalis, dont Développement et Paix est membre, et avec le parrainage du Conseil pontifical Justice et Paix.

Vous pouvez lire la déclaration complète ici.
 


- 30 -

Pour plus d’information, veuillez vous adresser à :
Khoudia Ndiaye, agente de communications
514 257-8711 poste 318
kndiaye@devp.org