Réfugiés rohingyas : un an après, la crise perdure

23 août 2018
Montréal

À Montréal, le 23 août 2018 – Un an après leur exode massif de la Birmanie (Myanmar) pour fuir les violences et la persécution, on compte désormais près d‘1 million de réfugiés rohingyas au Bangladesh. Aujourd’hui encore, la crise perdure. Les conditions de vie des personnes réfugiées sont extrêmes et la mousson rend la situation intenable. Développement et Paix – Caritas Canada dont les actions ont pu rejoindre près de 100 000 réfugiés rohingyas, encourage les Canadiennes et les Canadiens à se mobiliser et à continuer de faire preuve de générosité envers la plus grande population apatride au monde, ainsi qu’aux communautés locales pauvres qui l’accueille.

Un an après, les réfugiés rohingyas au Bangladesh vivent toujours dans des conditions extrêmes. N’ayant en principe pas le droit de travailler, la plupart des réfugiés dépendent de l’aide humanitaire pour avoir de la nourriture, de l'eau, des biens de première nécessité et accéder aux soins de santé. À leurs souffrances, s’ajoutent les aléas du climat et notamment les pluies diluviennes qui s’abattent actuellement sur le Bangladesh : « L’eau, l’hygiène et l’assainissement sont critiques dans des camps où s’entassent des centaines de milliers de personnes et où la propagation de maladies pourrait entraîner de graves conséquences, particulièrement pour les plus vulnérables, notamment les enfants, les femmes enceintes et les personnes handicapées. », déclare Dominique Godbout, Chargée de programmes humanitaire à Développement et Paix – Caritas Canada.

Dès le début de la crise, Développement et Paix – Caritas Canada a distribué de la nourriture à 25 000 personnes réfugiées, arrivées à bout de souffle au Bangladesh. Au cours de la dernière année, l’organisme a étendu son action à :

  • la construction de 905 abris d’urgence ;
  • la distribution de produits non alimentaires (parapluies, lampes solaires, moustiquaires, réchauds de cuisine et bouteilles de gaz) et de kits d’hygiène et de dignité (incluant savons, détergent, serviettes, couches et brosses) ;
  • la construction de points d’eau potable, de latrines et d’espaces de douches sécuritaires pour les femmes et les filles ;
  • la sensibilisation les personnes réfugiées, particulièrement les femmes et les jeunes filles aux enjeux liés à la protection.

Ces actions ont permis de rejoindre près de 100 000 personnes réfugiées dans le district de Cox’s Bazar. 

L’urgence dans l’urgence

Dans le camp de Kutupalong, devenu en quelques mois le plus grand camp de réfugiés au monde, Développement et Paix – Caritas Canada et son partenaire Caritas Bangladesh ont rapidement construits au cours des derniers mois, 905 abris renforcés pour y relocaliser des familles dont les abris, construits à la hâte sur des flancs de collines, menaçaient de s’effondrer en pleine saison des pluies : « Ces abris renforcés sont destinés aux réfugiés parmi les plus vulnérables afin de leur permettre de survivre durant la mousson et au-delà, redonner la dignité à des personnes qui ont tout perdu  », déclare Dominique Godbout.

La nécessité pour le Canada de jouer un rôle de premier plan

Actuellement, les conditions qui prévalent en Birmanie ne permettent pas un retour sûr et digne des réfugiés rohingyas. Face à cette situation, Développement et Paix – Caritas Canada ne peut demeurer spectateur et souhaite rappeler au gouvernement du Canada l’importance de :

  • Soutenir des initiatives axées sur la cohésion sociale et l’autosuffisance des personnes réfugiées au Bangladesh et des communautés hôtes qui les accueillent ;
  • S’assurer que le gouvernement birman permette un accès humanitaire et médiatique continu et sans entrave dans l’État de Rakhine en Birmanie ;
  • Appuyer des organisations citoyennes en Birmanie qui promeuvent la paix, la démocratie et le respect des droits humains ;
  • Réclamer l’ouverture d’une enquête internationale impartiale sur les allégations de crimes contre l’humanité envers les Rohingyas afin de mettre fin à l’impunité et ;
  • Contribuer à un processus de paix et de réconciliation inclusif afin de s’attaquer aux causes profondes du déplacement forcé des rohingyas et trouver une issue durable à la crise.

Avec la crise qui perdure et dont on ne voit pas l’issue, il apparaît essentiel de maintenir et de renforcer l’aide apportée aux réfugiés rohingyas, notamment auprès des femmes et des filles, tout en soutenant les communautés hôtes du Bangladesh qui vivent elles-mêmes ensituation de grande pauvreté. Développement et Paix – Caritas Canada accepte toujours les dons.

POUR EN SAVOIR PLUS OU FAIRE UN DON :

DEVP.ORG/ROHINGYAS

 

- 30 -

Pour plus d’information et/ou demande d’entrevue, veuillez vous adresser à :
Khoudia Ndiaye, agente de communications
514 257-8710 poste 318
kndiaye@devp.org

Sylvie Lamiot-Milliner, directrice des communications et du développement philanthropique
514 257-8710 ext. 361
slamiotmilliner@devp.org