Carême de partage 2013

Caritas Mali, Caritas Niger et Caritas Burkina Faso

13 février 2013

Lorsque la sécheresse a endommagé les récoltes dans la région du Sahel en Afrique de l’Ouest l’année dernière, la Caritas locale avait conscience du fait que l’année à venir serait difficile pour la population. Le Sahel est une région sèche et aride située au sud du désert du Sahara et dont la majorité de la population compte sur une agriculture de subsistance. En d’autres termes, cela signifie qu’une mauvaise récolte peut être dévastatrice – alors même que la sécheresse et les phénomènes climatiques imprévisibles deviennent plus fréquents, rendant les pénuries alimentaires plus courantes et réduisant de plus en plus la capacité des populations à faire face à une mauvaise récolte.

Avec une récolte aussi maigre, il n’a pas fallu attendre longtemps avant que les stocks des greniers s’épuisent et que la souffrance humaine devienne plus importante. De nombreuses familles ont commencé à rationner la nourriture, réduisant le nombre de repas mangés chaque jour et mettant en danger leur gagne-pain en vendant leur bétail ou d’autres ressources à prix réduit. Les mères se sont également privées de nourriture pour en laisser davantage à leurs enfants, et les pères ont quitté leur famille et leur village pour tenter de trouver du travail dans les centres urbains ou dans les pays voisins dans l’espoir de gagner un revenu à envoyer chez eux.

Le Mali, le Niger et le Burkina Faso ont été trois des pays les plus touchés par cette sécheresse et les membres locaux de Caritas se sont mobilisés rapidement pour répondre aux besoins des communautés. En tant que membre canadien de Caritas Internationalis, une confédération internationale de 165 organismes catholiques d’aide humanitaire et de développement international, Développement et Paix a soutenu Caritas Mali, Caritas Niger et Caritas Burkina Faso dans leur réponse à cette crise qui ne cesse de s’aggraver. Grâce à des programmes comme la distribution de nourriture, la rémunération du travail et la vente subventionnée de semences, les trois Caritas ont cheminé en solidarité avec les plus vulnérables pour les aider à traverser cette période d’insécurité dans la dignité. Ces efforts concertés ont contribué à empêcher cette crise alimentaire de dégénérer en catastrophe humanitaire à grande échelle.

Développement et Paix continuera de soutenir Caritas Mali, Caritas Niger et Caritas Burkina Faso afin d’aider les communautés les plus vulnérables à devenir plus résilientes et à rompre le cycle de l’appauvrissement causé par le fléau de la faim.Lisez aussi : Caritas Mali : la dignité humaine c’est le droit de vivre sans la menace de la faim.