Carême de partage 2013

La Radio communautaire du Congo

13 février 2013

Depuis 10 ans, la République démocratique du Congo (RDC) traverse une guerre civile marquée par d’innombrables atrocités à l’encontre de la population, dont six millions de morts. Les combats autour de la ville de Goma en novembre 2012, ont été un rappel brutal de la crainte et de l’insécurité qu’éprouvent les civils, jour après jour, en l’absence de bonne gouvernance, de règle de droit, de paix et de responsabilisation.

La Radio communautaire du Congo, un réseau de stations de radio communautaire réparties dans tout le pays, occupe courageusement les ondes pour rejoindre des millions de Congolais afin de leur dire que la démocratie et la paix sont possibles dans leur pays. Elle leur fournit l’information dont ils ont besoin et, plus important encore, dans leur langue locale, pour qu’ils sachent qu’ils ont la possibilité et le devoir de poser des questions à leurs élus, qu’ils ont des droits qui doivent être respectés et enfin, qu’ils comprennent comment ils peuvent, en tant que citoyens, contribuer à l’instauration d’une culture de paix et de tolérance.

Développement et Paix soutient les stations de radio communautaire RACOR dans la province Orientale et RCK dans la province du Katanga, deux régions riches en ressources naturelles, mais où la population subit les conflits et la corruption plutôt que de bénéficier des avantages de ses richesses naturelles. Développement et Paix a établi un partenariat avec ces deux stations de radio communautaire pour produire une série radiophonique sur la démocratie, la bonne gouvernance et la paix. Rejoignant un auditoire de plus de 2 millions de personnes, ces émissions ont été parmi les plus populaires diffusées sur les ondes et ont eu des effets tangibles sur les communautés qui les ont écoutées.

Dans la province du Katanga, le maire de Likasi a mis sur pied une commission pour assurer la saine gestion des taxes perçues dans le plus grand marché de la ville. Dans le village de Mwadingusha, la population refuse maintenant de verser des pots-de-vin à la police locale. Dans la province Orientale, des émissions sur les enjeux électoraux ont incité des électeurs à réclamer des bureaux d’enregistrement plus proches, et dans la ville de Buta, des citoyens ont refusé de payer certaines taxes après avoir été mis au courant de la gouvernance et de la structure fiscale de la région.

Pour les millions d’auditeurs de la Radio communautaire du Congo, incluant les régions les plus isolées du pays, l’accès à l’information joue un rôle essentiel dans le relèvement de leur dignité collective comme citoyens à part entière et dans leur accession au statut d’acteurs clés de leur propre développement.