Benjamin Ayooluwa Ogunyemi

Benjamin Ayooluwa

« Le dialogue est le meilleur moyen de parvenir à la compréhension. La compréhension apporte la paix. Il ne peut y avoir de paix sans compréhension. Il ne peut y avoir de compréhension sans dialogue. Les problèmes surviennent lorsqu’on vous dit quoi faire sans se soucier de votre opinion. C’est ainsi que le gouvernement nous traite. Mais le SERAC nous a appris à résister face à ce genre de situation. Dans ma communauté, le dialogue nous aide à régler les problèmes et à maintenir la paix. »

 

« Le SERAC est une lueur d’espoir pour notre communauté. Leur présence nous donne de la force. Je voudrais dire merci à Développement et Paix pour leur soutien. En nous aidant à devenir plus forts et à retrouver notre respect en tant qu’êtres humains, nous avons plus de chance d’arriver à la paix. »

 

La famille de Benjamin a été victime d’éviction forcée en 2008. Malgré la détention d’un titre de propriété, sa maison a été démolie sans préavis afin de faire place à un projet résidentiel haut de gamme appelé Eko Atlantic City, piloté par le gouvernement. Suite à la démolition et grâce aux formations qu’il a reçues du SERAC, Benjamin est devenu un leader communautaire qui sensibilise d’autres familles afin qu’elles puissent se défendre en cas d’expulsion forcée. Il œuvre aujourd’hui à titre de Président du Forum des communautés marginalisées de Lagos (LAMCOFOR), une organisation appuyée par le SERAC.


Le travail du Centre d’action pour les droits économiques et sociaux (SERAC)

Le SERAC, partenaire de longue date de Développement et Paix, agit auprès des victimes d’évictions forcées en les aidant à faire valoir leurs droits pacifiquement et à résister en utilisant le dialogue.

Dans l’État de Lagos, au Nigeria, les expulsions forcées sont monnaie courante. Le SERAC y met actuellement en œuvre un projet d’éducation civique et de renforcement de la participation citoyenne visant à former des leaders communautaires qui sensibilisent des communautés menacées, afin qu’elles puissent acquérir les connaissances et outils nécessaires pour engager un dialogue efficace avec le gouvernement.

Saviez-vous que : 

En 2017, l’État de Lagos comptait :

30,000 personnes

expulsées de force.

11 personnes

tuées lors d’expulsions violentes.

17 personnes

disparues lors de ces expulsions.

300,000 personnes

vivant quotidiennement sous la menace d’une expulsion forcée.

Source : Amnistie Internationale