Vansey Sao

Vansey Sao

« J’ai pu constater à quel point un dialogue ouvert pouvait être vraiment efficace. Il donne aux peuples autochtones la voix dont ils ont besoin pour exprimer leurs préoccupations et défendre leurs droits quand les grandes entreprises occupent leurs terres. Le dialogue offre une plateforme de négociation et surtout, il permet la coopération et la discussion des problèmes de manière pacifique. »

« La paix n’est pas immédiate : elle se construit et s’améliore. Elle requiert un travail acharné, de la patience et de la détermination. J’ai constaté à quel point les communautés autochtones travaillent continuellement à améliorer leurs conditions de vie, avec détermination et dévouement. Ces communautés sont de plus en plus en mesure de faire valoir leurs droits de façon pacifique. Elles demeurent déterminées à améliorer leurs conditions de vie et à se développer en harmonie avec leur culture, leur environnement et leurs membres en tant qu’entité.

Tout cela me prouve que le changement est possible, que la paix est possible. Plus un peuple est éduqué, plus il sera en mesure de développer les habiletés nécessaires à la communication et à la négociation. Ce sont ces habiletés qui nous permettent d’aborder les problématiques auxquelles nous sommes confrontés de façon respectueuse et d’y trouver des solutions pacifiques. »

 

Vansey est né au Cambodge où il a passé une partie de sa jeunesse. Suivant le début de la guerre civile en 1973, il a fui le Cambodge pour n’y retourner que plusieurs années plus tard, en 1992. Il a alors travaillé pour l’Autorité provisoire des Nations Unies au Cambodge ainsi que plusieurs organisations de la société civile et organisations internationales, toujours dans l’objectif d’encourager une meilleure compréhension de la démocratie et des droits humains. En 2006, il participe à la création de ICSO, de laquelle il est désormais directeur général. Vansey sera présent en Colombie-Britannique et en Alberta du 9 au 19 mars à titre de visiteur de solidarité du Carême de partage.


Le travail d’ICSO

ICSO travaille avec les communautés autochtones minoritaires du Cambodge. Grâce au programme d’enregistrement des titres fonciers pour la terre communale, soutenu par Développement et Paix, les communautés autochtones apprennent à faire reconnaître leurs droits par le gouvernement, protéger leurs terres des intérêts des grandes entreprises et développer des activités économiques qui leur permettent de vivre dans la dignité.

Saviez-vous que : 

Le Cambodge compte

17 peuples autochtones reconnus.

2/3 d’entre eux

vivent dans les provinces de Ratanakiri et Mondulkiri, au nord-est du pays.

2001

année où une loi cambodgienne accorde aux communautés autochtones des droits de propriété collectifs sur leurs terres.